Il n’ya pas de péril dans la mesure, allons sereinement ! ( Aboubacar Fatoumata Sylla, juriste, analyste politique)

http://Actuguinee.org / Je suis d’accord avec des gens qui pensent qu’on ne doit pas abandonner le débat public aux seuls hommes politiques et à ceux de la rue . Cependant, si nous devons débattre des affaires de la cité, il faut dire la vérité et toute la vérité!

En effet, ce qui doit preoccuper tout le monde en guinee aujourd’hui, c’est la bonne conduite de la transition et sa fin heureuse, qui est le retour à l’ordre constitutionnel. Mais malheureusement, certains dont notamment les politiciens, sont omnubilés par la durée de cette transition en lien avec la question de la confiscation ou non du pouvoir par le cnrd. Ce qui à la base sans cesse d’une crise latente avec toute la psychose d’incertitudes et de chaos qui guettent le pays. Mais comment en est on arrivé  là ?

Dans notre contribution, ici présente, nous allons analyser les causes de cette crise, notamment (l) la période de grace qui a suivi le putch, les solutions: le dialogue serieux et le consensus et enfin mes sentiments personnels a savoir, le bénéfice du doute.

– DE LA PERIODE DE GRACE :

c’est cette période qui a suivi le renversement du président démocratiquement élu, le Professeur Alpha Condé, le 05 septembre 2021, par les hommes des forces spéciales avec à leur tête, le Lieutenant Colonel Mamadi DOUMBOUYA, désormais Président de la transition Au lendemain de ce coup d’Etat, Mamadi Doumbouya est perçu comme un héros.

– DE LA NÉCESSITÉ DE RÉUSSIR UN DIALOGUE ET UN CONSENSUS:

Pour ramener à l’ordre du jour le retour des civils au pouvoir, il faut le dialogue. Le vin est tiré, il faut le boire Intelligemment cette fois-ci! Il faut aller au dialogue sans condition et accepter le consensus. Les leaders que sont : Cellou, Sidya et Aboubacar soumah, doivent rentrer très vite au bercail et rejoindre la table des négociations et accepter de faire des compromis mais dans un minimum de cadre sécurisé que doit assurer le CNRD.  Ils ne sont pas en position d’imposer quoique ce soit. Et ne doivent pas non plus exigé de par quelques stratagèmes vouloir d’un statu quo ante bellum en continuant à rappeler des prouesses électorales leur donnant des gabarits qui n’ont plus rien à voir dans ce contexte nouveau. Sinon, le raccourci peut-être le plus moins avis mais généralement partagé dans l’opinion publique où une certaine majorité silencieuse qui reste tout de même une masse critique non négligeable admet volontiers qu’ils ont démissionné, ceci, en laissant la voie trop libre à la junte incarnée par le CNRD. Est-ce cette zone de parfait confort que met en profit pour tenter de charmer les pauvres populations guineennes longtemps laissées pour compte par les précédents régimes en posant actuellement des actions de développement qui apparemment trouvent un retour très favorable et qui plaisent au peuple ? Qu’à cela tienne même si ces temps qui courent beaucoup commencent à se lasser de l’immobilisme du Colonel Mamadi DOUMBOUYA qui semblait trancher dans le vif, tous les complexes et multiples nœuds gordiens rencontrés ça et là dans les sentiers tortueux de la REFONDATION en cours. Plusieurs ont déjà commencé à denoncer des détournements sans rien prouver.

La classe politique ne peut pas et doit pas attendre que la situation pourrisse et s’en remettre à des soulèvement populaires pour imposer la démocratie au prix de plusieurs litres de sang d’innocentes victimes toujours instrumentaliées sur de vaines bases subjectives. Cela n’a jamais porté de bons résultats,  l’exemple Burkinabé est illustratif.

Par le dialogue sincère, et le consensus on pourrait efficacement accompagner tous, le cnrd et les contraindre intelligemment ou subtilement au respect de leur propre charte. Mais à condition qu’on ne fasse un autre jeu de dupes mais l’option d’un dialogue sincère et de bonne foi. On ne gagnera rien de bénéfique pour le peuple à ouvrir un front contre cette junte.  Elle n’est pas au pouvoir par election, donc peu sensible aux jeux politiques et très à l’aise dans les épreuves de force pour laquelle les principaux leaders ont été formés. On pourrait par contre, la prendre à l’usure, avec l’acceptation des règles du jeu, leur propre règle qu’on les a laissés faire à loisir. Avec la vigilance et l’accompagnement de la communauté internationale, on peut aboutir calmement à l’organisation des élections et au retour tant souhaité des civils au pouvoir –

DU BENEFICE DU DOUTE:

ceux qui prêtent au Colonel Doumbouya l’intention de confisquer le pouvoir pratiquent un jeu de devination dangereux. Il n’a jamais dit qu’il ne va pas organiser les élections. Au contraire, il a toujours répété sans cesse que ni lui, ni les membres du cnrd ou du gouvernement ne seront candidats aux différentes élections. Ceci constitue jusqu’à preuve de contraire et de façon irrefutable un gage pour des elections crédibles et tranparentes dont les résultats seront acceptés de tous. C’est ce qui est officiel  et ce à quoi on doit s’attendre avec conviction,  visualiser et ressentir pour le provoquer par la force mentale collective et par nos actions de tous les jours.

Ceci n’est pas une simple activité spirituelle c’est ce que je pense à travers quelques actes précis.  C’est le cas de l’adoption d’un chronogramme dynamique décliné en dix (10) points pour le retour a l’ordre constitutionnel. Et assorti d’un budget estimé  à 600 millions de dollars USD. Force est de constater que parmi ces différentes étapes, il y a des avancées,  notamment le projet de la nouvelle constitution qui sera bientôt publié. Aussi tout récemment, le vote par le CNT des lois portant sur: les recensements et l’identification physique de la population qui devront tous concourir à la confection du fichier électoral.

De tout ce qui precède, il faut noter que le processus  est enclenché, au rythme de la junte,  c’est à dire pas à pas. Lentement,  très lentement, mais sûrement.

Il revient désormais aux leaders politiques, religieux, de la société civile, des syndicats , de jeunesse, des femmes… de l’élite intellectuelle de comprendre  l’interet supérieur de la Guinée et sensibiliser consciencieusement le reste du peuple vers ce qui peut être avantageux pour le bien de notre pays :  forcer la junte à accélérer  le processus vaille que vaille du retour à l’ordre constitutionnel ou suivre la cadence à pas feutrés pressée de la junte dirigée par notre Laye mady national !

Dans les  deux (02) cas, il faut s’assurer bien avant,  avoir les moyens de son choix.

Bonne issue au peuple martyr de Guinée.

Aboubacar Fatoumata Sylla

Laisser un commentaire

where to buy viagra buy generic 100mg viagra online
buy amoxicillin online can you buy amoxicillin over the counter
buy ivermectin online buy ivermectin for humans
viagra before and after photos how long does viagra last
buy viagra online where can i buy viagra
Démarrer le chat
Actuguinee.org
Avez - vous une information à partager?
Besoin d'un renseignement?
Contacter Actuguinee.org sur WhatsApp