Lansana Kouyaté sur Actuguinee sur la mission du MATD : « ….le Parti politique qui n’applique pas la loi sur la création des partis n’existe pas juridiquement »

http://Actuguinee.org/ Le rapport de la mission d’inspection du MATD dans le cadre de la mise à jour du fichier des partis politiques agréés en Guinée, continue d’alimenter le débat dans le landerneau politique guinéen

Parmi les formations politiques qui ont reçu ladite mission et qui sont en règle, figure en bonne place, le Parti de l’Espoir et du Développement National (PEDN)

Dans une interview accordée à la rédaction de Actuguinee, le président du PEDN a expliqué le passage des inspecteurs du MATD à son siège et a fait son analyse sur les résultats de la mission qui relève une quarantaine de partis politiques qui ne sont pas en règle

Lansana Kouyaté a fait savoir que lors du passage de la mission au siège du PEDN, il a été question de tout ce qui conditionne l’existence d’un parti politique.

Au PEDN,il a été question de tout ce qui conditionne l’existence d’un parti politique

« Ils étaient avec mes experts, moi je n’y étais pas. Ils ont parlé en grosso modo de doctrine du Parti, la philosophie politique du Parti. Ils ont également parlé des statuts de l’organisation, la structure. Ils ont parlé de tout ce qui était dans le programme pour la naissance d’un Parti à savoir : l’existence d’un siège qu’ils ont déjà vu, l’existence d’un compte bancaire qui fonctionne et ils ont vu le compte bancaire, ils ont vu les rapports d’audit interne, en même temps que le rapport du trésorier. Bref, ils ont visité les locaux, pas seulement la salle principale où se tient les assemblées hebdomadaires mais aussi la salle de réunion du bureau exécutif national, même mon propre bureau ils ont tout visité », explique-t-il

Selon le rapport de la mission du MATD, 48 partis politiques ont des adresses erronées et 44 sont sans adresse. À ce égard, pour le leader du PEDN, « c’est un constat que tout le monde savait », indique-t-il. Et de rappeler que l’objectif de son adresse au CNT lors du débat d’orientation constitutionnelle était d’interpeller pour faire appliquer les règles à cet effet.

« Nous avons dit que limiter le nombre de parties serait trop directif mais c’est le travail qui n’a pas été fait à la base par le MATD et que c’est ce travail qui doit être fait et appliquer les règles. Ne pas dire deux, trois, quatre, cinq voire six Partis, on laisse le jeu ouvert. Toute la rigueur dans l’application des règles. Et je ne sais si c’est ce qui a plus ou moins guidée le Ministère de l’administration du territoire et de la décentralisation », souligne-t-il

« Nous avons dit que limiter le nombre de parties serait trop directif mais c’est le travail qui n’a pas été fait à la base par le MATD et que c’est ce travail qui doit être fait et appliquer les règles

S’agissant des disposition que devrait prendre le département de Mory Condé concernant ces partis qui ne sont pas en règle, Lansana Kouyaté tranche, « les règles sont faites pour être suivies. Notre problème c’est parfois éditer des règles qui ne sont pas suivies et on évolue dans ce zigzag sans savoir ce qu’on fait. Quand une règle est prise et il ne s’agit pas du n’importe quelle règle, il s’agit n’est-ce pas d’une loi qui a été voté depuis déjà assez longtemps par l’Assemblée nationale. Cette loi sur la création des partis politiques doit être appliquée, le Parti qui ne l’applique pas n’existe pas juridiquement », a laissé entendre le Président du PEDN

Cette loi sur la création des partis politiques doit être appliquée, le Parti qui ne l’applique pas n’existe pas juridiquement »

Entrevue réalisée par Bella Diallo

Laisser un commentaire

where to buy viagra buy generic 100mg viagra online
buy amoxicillin online can you buy amoxicillin over the counter
buy ivermectin online buy ivermectin for humans
viagra before and after photos how long does viagra last
buy viagra online where can i buy viagra
Démarrer le chat
Actuguinee.org
Avez - vous une information à partager?
Besoin d'un renseignement?
Contacter Actuguinee.org sur WhatsApp