Le gouverneur de Kankan aux hommes de medias : « Si Kankan brûle, il aurait brûlé pour tout le monde »

0 458

La ville de Kankan est-elle entrée dans une phase de turbulence en cette période pré-électorale ? Mouvements de campagne à la fois spontanés, désordonnés voire nocturnes, querelles d’occupation d’espaces publicitaires entre de jeunes partisans issus de différentes formations politiques.

Voilà autant de pratiques jugées nuisibles et préjudiciables à la quiétude sociale ,du moins par les autorités administratives de Kankan.

Pour inverser cette tendance, le gouverneur Sadou Kéïta est monté au créneau ,ce lundi, 28 septembre, appelant les journalistes à s’appesantir sur la sensibilisation auprès de la population: « Notre souci, c’est d’aller à des élections apaisées. Alors, c’est donc le moment de dire à chacun ce qu’il doit jouer comme rôle. L’administrateur doit jouer pour la neutralité ,la presse aussi doit jouer à la sensibilisation pour que chaque citoyen sache que si Kankan brûle, il aurait brûlé pour tout le monde. On ne brûle pas Kankan pour une seule personne ou pour une ethnie. Si on brûle Kankan, nous sommes tous perdants. Ce qui fait dire que la presse doit jouer son plein rôle de quatrième pouvoir, agir sur le moral, sur le mental, sur la sensibilité de chacun pour qu’au fur et à mesure, on se rapproche au lieu de se séparer », a sollicité Sadou Kéïta devant une trentaine de journalistes venus de différents de médias locaux et correspondants de presse.

A ses côtés ,il y avait le préfet de Kankan et le directeur de cabinet du gouvernorat.

Cette rencontre entre le gouverneur de la région administrative de Kankan et le monde de la presse fait suite à une rencontre similaire qu’il a récemment eue avec les représentants de sept formations politiques ,représentées dans la ville.

Mamadi CISSE correspondant régional

Laisser un commentaire