Labé : un conducteur de moto-taxi présumé violeur, syndicat et police muets sur l’affaire  

Les faits remontent au jeudi 5 janvier 2023, dans la commune rurale de Popodara (à environs 15 km du centre ville) où une nourrice en partance pour Dabola dit être victime d’une tentative de viol, de menaces de mort ainsi que de coups et blessures de la part d’un conducteur de moto-taxi. 

La Dame qui a requis l’anonymat indique qu’elle était à bord d’un véhicule de transport en commun avec son bébé (malade) pour se rendre à Dabola. C’est le décès d’un co-passager qui l’a obligée d’alterner avec un conducteur de moto-taxi qui aurait failli abuser d’elle en cours de route. « Je quittais Kounsitel pour me rendre à Dabola. À Popodara, un des passagers avec qui on était, à rendu l’âme. Le chauffeur m’a suggéré ainsi de prendre un conducteur de moto-taxi puisque mon bébé est malade, vomissait même », explique-t-elle 

Ceci fait, alors qu’ils devraient se diriger immédiatement vers l’hôpital régional de Labé pour les soins du nourrisson, c’est là que le jeune présumé violeur aurait tenté de tomber (sexuellement) sur la dame en lui proférant des menaces après avoir pris un autre chemin et entré dans une brousse explique la victime.

« En pleine brousse, il m’a montré son envie de coucher avec moi. J’ai catégoriquement refusé. J’ouvre difficilement mes yeux, tellement qu’il m’avait donné des gifles. Ma figure est toute enflée. Il m’a dit que si je n’obéissais pas qu’il allait me tuer avec mon bébé. J’ai riposté, quand il su que j’étais sur le point de crier au secours, il a pris la fuite et emporté mon téléphone notamment », a-t-elle relaté 

Selon nos informations, le présumé violeur est dans les locaux de la police de Labé. Pour l’heure, elle (police) s’abstient de tout commentaire sur le dossier, ainsi que le syndicat des motos-taxis qui affiche une certaine prudence sur cette affaire. 

Depuis Labé, Boubacar Siddy Barry pour Actuguinee.org 

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus