TPI de Mafanco: 18 mois de prison avec sursis requis contre Abdourahmane Sano

Poursuivi pour participation à une réunion publique non déclarée, l’ex coordinateur du Front national pour la défense de la constitution était devant la barre ce lundi 9 janvier au tribunal de première instance de Mafanco.

À la barre, Abdourahmane Sanoh a rappelé que la réunion à laquelle il a participé a porté sur la citoyenneté et que la structure citoyenne de la République existe depuis 2016-2017. Il informe qu’à l’époque lorsqu’ils ont commencé l’initiative, ils sont passés dans 55 points de rencontre d’échanges avec les citoyens de Boulbinet à Km 36. 

Il poursuit en disant qu’à date, qu’ils sont toujours dans le processus d’information pour voir s’il y a des citoyens qui seront d’accord avec leurs initiatives.

Très  remonté, M. Abdourahmane Sano a rappelé  devant  la barre que « nous sommes des citoyens et nous avons pensé qu’il y a un Etat de droit…L’Etat est créé pour la nation, pas pour l’inverse et l’article 624 les autorise à faire des réunions » a-t-il déclaré

Après la phase, des débats il a été  question des plaidoiries des avocats de la défense et des réquisitions du parquet.

Le ministère public dans son réquisitoire a défendu que la démarche de Abdourahmane Sano n’avait pas un objectif sain et ce n’est pas un objectif qui défend l’Etat, c’est pourquoi monsieur Abdourahmane Sano n’a pas informé.

Pour le parquet, Abdourahmane Sano n’a pas informé l’Etat parce qu’il avait d’autres ambitions.

Avant de déclaré que les faits qui sont reprochés à Monsieur Abdourahmane Sano sont des faits constitutifs d’infractions de participation à une réunion publique non déclarée comme l’explique l’article 621. 

Pour la répression, il a sollicité auprès  du tribunal de retenir Abdourahmane Sano dans les liens de la culpabilité pour participation à une réunion non autorisée et par conséquent, il demande au tribunal de condamner Abdourahmane Sano à 18 mois de prison assortis de sursis. 

Nous y reviendrons…

Mamadou Samba Barry

1 commentaire
  1. […] n’a finalement pas suivi les réquisitions du procureur de la république qui avait requis 18 mois de prison assorti de sursis contre […]

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus