Dadis à la barre : ‘’  c’est dans  les réunions de l’armée qu’on essaie de faire les coups d’état ‘’

À sa deuxième comparution devant le tribunal criminel de Dixinn, délocalisé dans l’enceinte de la cour d’appel de Conakry, le Capitaine Moussa Dadis Camara a nié en bloc les faits qui lui sont reprochés.

Devant un feu roulant de questions de Mr le procureur Algassimou Diallo sur sa participation à la réunion préparatif  de la répression sanglante  la veille,  le capitaine Dadis Camara a déclaré à la barre n’avoir pas été informé de cette réunion.

La rédaction du site Actuguinee.org vous propose ci-dessous quelques échanges entre le procureur Algassimou Diallo et l’ancien président le capitaine Moussa Dadis Camara au tour de cette question.

Mr le procureur : est ce que vous étiez informé de la réunion  que l’état-major avait organisé dans l’enceinte du camp le 27 septembre 2009 pour définir la ligne que les militaires devaient suivre  au cas où le meeting avait lieu ?

Dadis Camara: Non Mr le procureur !

Mr le procureur : Donc vous n’étiez  pas informé  de la réunion?

Dadis Camara: Même s’ils ont tenu une réunion  je n’ai pas présidé. Je ne dis pas qu’ils n’ont pas tenu une réunion. Mais s’ils ont tenu une réunion moi Mr Camara, je n’ai pas présidé cette réunion.

Mr le procureur : Est ce que vous aviez été informé des décisions  prises  au cours de cette rencontre?

Dadis Camara: aucune décision Mr le procureur. Il faut participé  à  une réunion pour qu’on te dise les décisions issues de cette réunion.

Mr le procureur : mais on devait vous informer parce que vous étiez le commandant en chef des forces armées ? L’armée ne peut se réunir sans qu’on ne vous dise pour elle s’est réunie! Et quels ont été les résolutions de cette réunion !

Dadis Camara: Mr le procureur vous savez pourquoi je fais ce petit sourire la ? Parce que l’armée que vous parlez là Mr le procureur, c’est dans  les même réunions aussi qu’on essaie de faire les coups d’Etat. Et une réunion il n’est pas obligatoire que le président puisse savoir toutes les réunions. Il y a par contre des réunions qu’on peut tenir informé le président.

Mr le procureur : Il y a un officier supérieur de l’armée guinéenne qui avait pris part à cette réunion, un officier de gendarmerie le général Ibrahima Baldé. Vous le connaissez non ?

Dadis Camara: oui

Il a été entendu aussi en qualité de témoin par le pool des juges d’instruction le 26 juin 2013. Dans sa déposition de témoin, il dit ceci : ‘’ À la date du 27 septembre 2009, j’ai été convié à une réunion à l’état-major général des armées, au cours de cette rencontre il a été question de prendre des instructions sur les dispositions concernant les informations qui était  en notre possession et le dispositif sécuritaire a mettre en place. Il a été retenu que s’il y avait meeting seul la gendarmerie et la police nationale le maintien d’ordre. Et les autres corps devaient être casernés’’.

Dans sa déposition de témoin, il dit ceci : est ce que vous étiez informé de cette situation-là Mr Camara?

Dadis Camara: c’est ce que je vous dis Mr le procureur. Je dis, ça dépend du chef d’état-major général des armées, l’heure à laquelle il doit convoquer les chefs d’état-major particulier. 

Mamadou Samba Barry

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus