Siguiri : Après la coupure du robinet de la SEG, les citoyens se tournent vers un nouveau business ( Enquête )

http://Actuguinee.org / La desserte assurée par la Société des Eaux de Guinée ( SEG), n’est plus qu’un lointain souvenir dans la ville de Siguiri.

En témoigne la vétusté des installations de ce service public et l’amateurisme de son directeur local qui a dévoilé ses limites, lors d’une interview qu’il a récemment accordée à l’antenne régionale d’Actuguinee.org .

A chacune des questions posées, une seule réponse :

« Monsieur, demandez à vos collègues journalistes, je leur ai toujours dit de dire ce qu’ils voient ici mais, pas d’interview, pas d’images non plus de nos installations  »,  a-t-il lancé en style sournois, dans un local en désordre et insalubre.

Mais, derrière ce dispositif étatique désespérant, est né un business ultra lucratif qui s’en est substitué progressivement pour étancher la soif d’une ville aussi grouillante que cosmopolite: La prolifération de puits et forages privés dédiés à l’usage public.

Tel est le cas, d’un des puits très fréquentés sis à la lisière de la rivière appelée ‘’Nankô », non loin de Bouré-Gare, en plein centre-ville. C’est là que les motos-tricycles viennent s’approvisionner en eau potable revendue par la suite dans différents quartiers de la ville.

« Depuis en 2013, nous vendons cette eau à la population. A l’époque, nous pouvions remplir 250 motos-tricycles chaque  jour, soit l’équivalant de 7.500 bidons de 20 litres. Un chargement coûte 3.000 francs et les transporteurs revendent entre 25 et 30 mille francs guinéens dans les quartiers. Aujourd’hui, beaucoup de gens ont construit des forages chez eux et font la même chose que nous. Notre activité a baissé en intensité mais, nous continuons toujours de vendre », a déclaré Daman Marko, le gérant du puits doté d’un dispositif de pompage motorisé.

Pour bon nombre d’observateurs, cette prolifération anarchique de forages risque d’entraîner des conséquences géologiques à long terme. D’où la nécessité pour le pouvoir public, de prendre à bras-le-corps, la relance des activités de la SEG à  Siguiri mais aussi avec un directoire local dégourdi et  professionnel en la matière.

Mamadi CISSE pour Actuguinee.org

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus