Chasse aux orpailleurs illégaux à Siguiri : << Moi, je suis pour la réglementation de ce secteur, pas pour son interdiction totale >>, suggère l’ancien député Mohamed I Keïta

http://Actuguinee.org / Ancien vice-président de la commission “Mines et industries “ à l’assemblée nationale, sous le régime d’Alpha Condé, Mohamed 1 Keïta brise le silence sur la patrouille mixte en cours et les poursuites judiciaires enclenchées contre des usagers d’engins lourds d’excavation en situation irrégulière et leurs complices présumés dans la zone aurifère de Siguiri.

Déforestation,  assèchement de cours d’eau , espèces aquatiques décimées, risques d’empoisonnement des nappes phréatiques au  cyanure, cet ancien député ne manque point de mots pour dénoncer l’anarchie qui perdure  dans l’exploitation semi-industrielle de l’or à Siguiri.

≪ Au moment où je me suis lancé dans ce combat, du président de district jusqu’au ministre, il y avait des implications . C’est très difficile. Ils n’ont qu’à continuer parce que c’est un combat noble ≫, se soutient-il.

A Siguiri comme ailleurs ,cette mesure des autorités cree un dilemme chez bon nombre d’observateurs. Alors, question : faut-il sauvegarder l’écosystème en entrainant le chômage de milliers de personnes ou l’inverse ?

Mohamed 1 Keïta suggère une solution :≪ Moi, je suis pour la réglementation de ce secteur, pas pour son interdiction totale. S’il y a des problèmes dans un secteur, l’autorité compétente peut suspendre les activités de ce secteur, le temps pour elle, de le réglementer et amener tous les acteurs à se conformer au contenu des textes de loi en vigueur. On ne peut pas interdire l’exploitation artisanale de l’or à Siguiri mais,  il faudrait que les gens acceptent que ce secteur soit réglementé dans l’intérêt de tous. Ainsi, la population impactée et l’administration vont bénéficier. Mais actuellement, c’est seulement un groupe minoritaire qui empoche l’argent sur le dos du reste de la population dit-il.

Au sujet des poursuites judiciaires annoncées par le ministre de la justice et  des Droits de l’Homme, Alphonse Charles Wright, contre 12 personnes dont  neuf Chinois , soupçonnés de  destruction de l’environnement et de séjour irrégulièr en Guinée, l’ancien député Mohamed 1 Keïta n’y trouve aucun inconvénient mais à une condition ,dit-il ,que le principe de présomption d’innocence soit respecté en attendant le procès.

Aux dernières nouvelles, nous apprenons la tenue d’une réunion extraordinaire à la Maison des Jeunes de Siguiri-ville, dans la matinée de ce lundi, 28 novembre 2022. Selon nos sources, tous les acteurs du secteur d’orpaillage y sont conviés mais , on ignore, pour l’instant, les thématiques qui seront débattues.

Mamadi CISSE pour Actuguinee.org

Lire d’autres ici http://Actuguinee.org

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus