Maïmouna se donne la mort pour échapper à un mariage forcé

Maïmouna D. est décédée lundi 7 novembre à l’Hôpital Idrissa Pouye de Grand-Yoff (ex-CTO). Elle a été hospitalisée trois jours plus tôt après qu’elle a fait un malaise chez sa patronne, Claire M. D.
La jeune dame était femme de ménage à Dalifort. Vendredi 4, elle s’était violemment disputée au téléphone avec la personne au bout du fil. Le ton de sa voix avait alerté Claire M. D, qui se reposait à côté.
Après avoir raccroché, Maïmouna D. est venue confier à sa patronne que sa mère veut la donner en mariage à un homme qu’elle n’aime pas. Ajoutant que si elle mourrait, cette dernière en serait responsable.
Alors que Claire M. D essayait de la calmer, elle pique une crise et tombe dans les pommes. Sa patronne, paniquée, alerte sa sœur, Diono D. Maïmouna D. est évacuée à l’Hôpital où elle décède trois jours plus tard.
C’est l’autopsie qui révélera la cause de sa mort. Le légiste a relevé une «congestion et (un) œdème pulmonaire bilatérale, (un) œsophage congestif sans ulcération, (des) lésions tumorales bien limitées jaunâtres de 3 cm aux grands axes du rein droit, (et une) absence de lésions vulvaires ou myocardique».
En cause ? Un produit insecticide. «Elle a bu de l’insecticide appelé Beytox. Le produit a été retrouvé sur le lieu où elle s’est écroulée», a confié la patronne de Maïmouna D.
La famille de la défunte a reçu un certificat d’inhumation et une enquête est ouverte, selon Les Échos, qui a relayé cette affaire dans son édition de ce mercredi.

Avec seneweb

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus