Procès du 28 septembre : « C’est sûr qu’il y a eu des cas de viols, je le confirme » Col Cherif  Diaby

http://Actuguinee.org/ Ce lundi, 14 novembre 2022, au tribunal criminel de Dixinn, délocalisé dans l’enceinte de la Cour d’Appel de Conakry. Après le Colonel Thiegboro Camara, le capitaine Marcel Guilavogui, le Commandant Aboubacar Toumba Diakité, le capitaine Cécé Raphaël Haba, c’est aujourd’hui le Colonel Abdoulaye Chérif Diaby, ministre de la santé et de l’hygiène publique sous le règne du Conseil Nationale pour le Démocratie et le Développement (CNDD), qui a été appelé à la barre par le juge Ibrahima Sory 2 Tounkara pour répondre des accusations portées en son encontre.

Comparait pour la première fois  á la barre, le colonel  Abdoulaye  Cherif  Diaby, a affirmé avoir eu échos des cas de viols perpétré le 28 septembre 2009. L’ancien  ministre de la Santé et de l’hygiène publique indique, « C’est sûr qu’il y a eu des viols. Mais des viols au stade du 28 septembre, aux alentours ou ailleurs, je ne sais pas. Mais il y en a eu parce que je vous ai dit que j’avais confié le cas des femmes violées au Pr Namory Keita qui m’a confirmé qu’il a eu des femmes violées, violentées. Mais où ? Je ne peux pas le confirmer », a-t-il fait savoir

À une question du procureur, si l’accusé s’était rendu dans les hôpitaux pour voir les blessés, l’ancien ministre a répondu  «  je suis allé à l’hôpital Donka. Parce que c’était à Donka. À Ignace deen, il n’y avait pas de blessés, il n’y avait que des corps à la morgue. J’étais allé à plusieurs reprises à Donka. Lorsque j’ai rendu compte au président Dadis, j’ai mis en place le comité de crise, on a déclenché la prise en charge des blessés. Après, j’ai vu le président pour lui dire de venir à Donka pour lui montrer les blessés pour apprécier le nombre », a révélé  l’accusé á la barre.

À suivre ici Actuguinee.org

Mamadou   Samba Barry

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus