Procès 28 septembre : ‘’ Je précise que j’ai vu 57 corps à la morgue’’ colonel Abdoulaye Chérif Diaby

http://Actuguinee.org / Le procès du massacre du 28 septembre 2009, se poursuit au tribunal criminel de Dixinn délocalisé à l’enceinte de la Cour d’Appel de Conakry.

Après Moussa Tiegboro Camara, Marcel Guilavogui, Aboubacar Toumba Diakité et Cécé Raphael Haba, c’est au tour du colonel Abdoulaye Chérif Diaby ministre de la santé et de l’hygiène publique sous le règne du Conseil Nationale pour le Démocratie et le Développement (CNDD) de livrer sa part de vérité.

À la barre, l’officier a rejeté toutes les accusations portées à son encontre, il dit n’avoir joué aucun rôle négatif lors de ces évènements douloureux du 28 septembre 2009. « le 28 septembre dans la matinée, j’étais en route pour Coyah quand j’ai reçu un appel du chef d’état-major général des armées d’alors, Oumar Sano pour m’informer que ça n’allait pas au stade et qu’il y avait des blessés. Et, sur le coup, j’ai appelé la directrice de l’hôpital Donka, Fatou Sikhé Camara pour lui dire d’envoyer des ambulances au stade. Et, quelques minutes après, la directrice m’a rappelé pour me dire qu’ils ont envoyé beaucoup de blessés. Donc, je me suis retourné pour aller voir ce qui se passait. Après, je suis allé voir le président Dadis pour lui expliquer l’ampleur de ce qui se passait à l’hôpital et pour lui demander les moyens financiers », a déclaré l’ancien ministre de la Santé.

Poursuivant, Abdoulaye Chérif Diaby dit avoir vu ce jour que 57 corps à l’hôpital Donka, « C’est le professeur Hassan Bah, médecin légiste, qui était chargé de la gestion de ces corps. Je précise que j’ai vu 57 corps. Je pensais qu’ils sont morts suite à une bousculade. Sinon, je n’aurais jamais imaginé qu’une telle tragédie se serait produite au stade du 28 septembre ce jour-là », a-t-il déclaré

A suivre ici http://Actuguinee.org

Mamadou Samba Barry

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus