Affaire M’mah Sylla :  « le seul crime que mon client  a commis, c’est  d’avoir trouvé cette dame sur son chemin et tisser  une amitié » Me Béa

Après Dr Patrice Lamah la semaine dernière, Dr Daniel Lamah et Dr Sébory Cissé ont comparu ce mardi, 08 novembre 2022, devant le tribunal criminel de Mafanco. Ils sont poursuivis pour « viol, avortement, risque causé à autrui et à l’administration de substance nuisible » contre M’mah Sylla. Á la barre, les accusés ont réfuté toutes les charges articulées contre eux.

Ce mercredi dans l’émission les grandes gueules de la radio espace Fm , Me Salifou Béavogui  a interrogé sur l’implication de son client Dr Patrice Lamah dans cette affaire.

À l’entame, il soutient être  attristé par cette disparition de feue M’mah Sylla « le dossier  M’mah  Sylla est un dossier qui m’attriste  beaucoup  et qui me fait couler  des larmes, j’ai vu les images, j’ai vu les  douleurs  qu’elle a traversée, on ne souhaite  cela  a personne. Patrick Lamah que je défends  par qui tout est parti a dit toute sa part de vérité á l’audience précédente », a dit Me Béa

Avant d’indiqué que le seul crime qu’il a commis dans cette affaire, « c’est  d’avoir trouvé cette dame sur son chemin et tisser  une amitié. Et tout le reste n’est que propagande, n’est qu’affirmation gratuite », a déclaré Me Salifou  Béavogui

Il poursuit en disant qu’il faut que la Justice trouve les coupables dans cette affaire « le cas M’mah Sylla j’en parle avec beaucoup  de tristesse, j’ai des sœurs. C’est un que j’ai pris avec conviction et effectivement les faits son grave et ne peut pas rester impuni, il faut que la Justice trouve le coupable et nous allons tous nous atteler  dans ce sens », a-t-il promis

À en croire Me Salifou Béavogui, son client Dr Patrice Lamah n’a jamais pratiqué un avortement sur feue  M’mah  Sylla. « Personnellement, mon client  n’a jamais  pratiqué un avortement, il n’est pas chirurgien  et il n’est jamais  rentré  dans un bloc. Et laisser-moi vous dire que l’opération s’est poursuivie jusqu’en Tunisie et ce qui s’est passé là-bas  personne  ne peut le dire est-ce  qu’en ne sortant pas en Guinée elle allait survivre ? Pourquoi les juges n’ont pas orienté les enquêtes aux médecins tunisiens. J’ai parcouru le dossier et sauf erreur de ma part j’ai vu nulle part contradictoirement discuté en provenance de la Tunisie parce que les médecins tunisiens  ont eu M’mah  Sylla et ils ont travaillé sur elle » a laissé  entendre l’avocat. 

Mamadou  Samba  Barry

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus