Viol sur mineur: un présumé pédophile arrêté par l’OPROGEM et présenté à la presse

Selon les enquêtes,  l’acte s’est passé  à Lambanyi dans la commune de Ratoma. Un jeune du nom de Aboubacar Soumah âgé de 20 ans, et peintre de profession aurait abusé d’une fillette âgée seulement de 5 ans. Le présumé violeur a été présenté à la presse ce mardi 25 octobre par l’office de protection du genre ,de l’enfance et des mœurs (OPROGEM). 

Dans ses explications, Capitaine Djenab Sadjo Diallo, chef section enfance par intérim à la Direction Générale de l’Office de Protection du Genre, de l’Enfance et des Mœurs (OPROGEM) a indiqué que le présumé violeur aurait été reconnu par la victime. « C’est un cas de viol sur une fillette âgée de 5 ans. Nous avons été saisis d’une plainte manuscrite le 19 octobre 2022 par le père de la victime. A l’issue de cela, nous avons référé la fille à la médecine légale qui a confirmé l’acte. De fil à l’aiguille, nous avons interpellé un suspect qui a été reconnu par la victime elle-même », a-t-elle expliqué. 

 

VICTIME FILLETTE AGEE DE 5 ANS

À lire aussi cet article : Procès du 28 septembre : Le siège de AVIPA vandalisé, l’ordinateur contenant les données des victimes emporté

Interrogé, Aboubacar Soumah peintre de profession, présumé violeur a nié tous les faits qui lui sont reprochés. « On m’a accusé de viol . Je ne sais pas qui a fait ça. Je souffre en prison mais je ne sais pas qui a fait ça. Je connais même pas qui a violé la fille. On m’a trouvé à la maison que le commissaire a besoin de moi de venir au commissariat. Je suis venu au commissariat, on m’a demandé si c’est moi qui ai violé la fille, j’ai dit non, ce n’est pas moi.  Je suis là pour ça. On loge ensemble à Lambanyi. Je ne suis pas le seul à Lambanyi mais je ne connais rien dans cette affaire », a-t-il indiqué. 

Quant à la directrice générale de l’OPREGEM, elle a pointé un doigt accusateur aux parents. Elle a invité a plus de vigilance  «Nous demandons une vigilance de la part des parents. Il y a une démission parentale. Parce que tous les cas de viol que nous recevons la responsabilité parentale est la cause. Soit la victime est allée revendre de l’eau où elle est assise quelque part et c’est là leur bourreau profitent pour leur faire du tort. Il y a une recrudescence sur le cas de viol. Nous demandons aux parents d’être vigilants », a lancé Marie Gomez

Mamadou Samba Barry

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus