Procès 28 septembre 2009 : Le procureur réplique aux avocats de Dadis , « il doit être au même endroit que les autres » 

http://Actuguinee.org / Ouvert mercredi dernier, le procès sur le massacre du 28 septembre 2009 s’est poursuivi au tribunal ad-hoc de Dixinn. Douze accusés dont l’ancien président de la transition Moussa Dadis Camara sont attendus à la barre.

Avant le début des débats dans le procès, les avocats de l’ancien président de la transition capitaine, Moussa Dadis Camara ont exprimé leur colère face à la détention qu’ils jugent illégale de leur client à la maison centrale de Conakry.

Me Pépé Antoine Lama a précisé que le capitaine Moussa Dadis Camara a été inculpé à Ouagadougou le 08 juillet 2015. Pour lui, la démarche du parquet de Dixinn, ayant conduit à la détention de leur client, est à la fois inadmissible, incongrue et inacceptable il a demandé au président du tribunal d’ordonner, sur siège, sa mise en liberté ou son placement en résidence surveillée.

La défense du Capitaine Moussa Dadis Camara dénonce également la manière d’arrestation de son client et cinq de ses coaccusés le 27 septembre dernier.

En réplique aux exceptions soulevées par les avocats de la défense du capitaine Dadis, le procureur du tribunal criminel de Dixinn, Alghassimou Diallo s’est opposé à toute libération ou placement en résidence surveillée de l’ex-dirigeant guinéen Moussa Dadis Camara.

Il estime que le capitaine Moussa Dadis Camara est renvoyé par-devant le tribunal pour des faits criminels. Avant d’indiquer au président du tribunal que « l’équité et l’égalité voudraient qu’il soit au même endroit que les autres. Je vous le dis qu’ils ont accepté de se constituer prisonnier. Et nous avons œuvré pour qu’ils puissent se constituer prisonnier », a déclaré le procureur, Alghassimou Diallo.

À rappeler qu’un peu plutôt dans la matinée, le colonel Moussa Tiegboro Camara, premier accusé à passer à la barre a balayé d’un revers de main les faits à lui reprocher.

Les 12 accusés dans cette affaire sont poursuivis pour des faits de meurtres, assassinats, viols, pillages, incendies volontaires, vol à main armée, coups et blessures volontaires, outrage à agent de la force publique, tortures enlèvement et séquestration, non-assistance à personne en danger, violences sexuelles, attentats à la pudeur, détention illégale de matériels de guerre de première catégorie et complicité de ces infractions.

A suivre…

Mamadou Samba Barry pour Actuguinee.org

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus