Siguiri : Les acteurs locaux préoccupés par les menaces de l’orpaillage illicite  

http://Actuguinee.org / Chaleur torride, soleil  de plomb, terres rasées à perte de vue et faible pluviométrie sont vécus au quotidien par leshabitants de la préfecture de Siguiri. Mais derrière ces phénomènes climatiques, signaux de désertification, se cache la déforestation à outrance causée par des orpailleurs véreux qui violent toutes les normes en vigueurcomme l’explique Mamoudou Cissé, le directeur préfectoral de l’environnement et du développement durable de Siguiri : « Nous avons constaté avec regret que certains exploitants artisanaux continuent d’utiliser le mercure et le cyanure pour extraire de l’or sans matériels de protection. Cela contamine le milieu récepteur que sont le sol, l’eau, l’air et de surcroît la population. Avec la complicité de certains responsables locaux, d’autres exploitants en semi-industriel utilisent les poclins etcamions-bennes, sans permis ni autorisation environnementale. Cela aussi constitue un facteur dégradant de nos écosystèmes et de la biodiversité», dit-il.

Pour inverser cette tendance, sur initiative du Président de la transition le colonel Mamadi Doumbouya à travers le ministère  de l’environnement et du développement durable1hectares ont été récemment reboisés par des ONG et le service technique à Djilengbè et à Lacibonkroudans la commune urbaineà Balato et à Dialako dans la sous-préfecture de Kintinia ainsi que dans la sous-préfecture de Djomabana.

Un plus aux offensives locales en cours depuis cinq ansdans plusieurs autres zones impactées.

«Chaque année, sur initiative propre de la direction, nous reboisons 40 hectares dans les 20 sous-préfectures et la commune urbaine »

Pour Mamoudou Cissé, planter un arbre est une chose mais sa survie dépend d’une attention particulière. Raison pour laquelle il vient d’entreprendre une vaste tournée de suivi et de sensibilisation sur les périmètres identifiés et reboisés.

« Depuis début sept, nous nous sommes rendus dans ces périmètres reboisés, à la recherche d’éventuelles anomalies afin d’apporter des corrections comme l’établissement depare feux de 10 mètres autours des périmètres et le remplacement des plants morts. Ce travail, nous le faisons avec les sous-préfets,  les maires, les présidents de district et les jeunes. Nous avons pris des mesures coercitives à l’encontre des contrevenants qui se sont considérablement réduits ces derniers temps. Pour le momentnous sommestrès rassurés quant à l’engagement des uns et des autres pour un suivi régulier des sites reboisés. Je profite de votre micro pour saluer les efforts consentis par le projet Bafing-Faléméà travers le PNUD ,dans le cadre de la conservation et la restauration des écosystèmes dans la préfecture de Siguiri », à conclu le DPEDD de Siguiri.

Mamadi CISSE correspondant régional

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus