Procès massacre du 28 septembre: « La Guinée devrait sortir grandie de cet événement. » (Pramila Patten)

Ce mercredi 28 septembre 2022, démarre le procès des massacres du 28 septembre 2009 qui a coûté la vie à plus de 150 personnes et plus de 100 femmes violées et d’autres mutilées. Avant l’ouverture de ce procès tant attendu, une cérémonie inaugurale du tribunal ad hoc qui doit abriter le procès des évènements du 28 septembre a eu lieu.

À cette occasion, la Représentante spéciale du Secrétaire général chargée de la question des violences sexuelles commises en période de conflit dans son discours, s’est réjouis de l’ouverture d’un tel procès en Guinée. « L’ouverture de ce procès constitue une avancée sans précédent pour la Guinée qui, je l’espère, répondra aux attentes des victimes, de la société guinéenne et de la communauté internationale. Sa réussite sera un gage de l’engagement du gouvernement pour la lutte contre l’impunité, qui a si longuement endeuillé les victimes des violations graves de droits humains. Elle sera aussi la manifestation de la ferme volonté politique de tourner la page de l’arbitraire et de renforcer l’état de droit à travers un procès qui se doit d’être équitable et transparent, mené par une justice indépendante, impartiale et respectueuse des droits de toutes les parties. », a indiqué Pramila Patten

À lire aussi : Procès du 28 septembre : voici la liste des accusés, des parties civiles et des lourdes charges retenues contre les accusés

Pour la représentante spéciale du Secrétaire général chargée de la question des violences sexuelles commises en période de conflit pour la crédibilité de la justice guinéenne, il est essentiel que ce procès se tienne dans le respect des normes internationales « Il est essentiel pour sa crédibilité que ce procès se tienne dans le respect des normes internationales, y compris concernant le suivi des règles de procédure, la pleine participation des victimes, la sécurité et la protection de tous les acteurs du procès. Dans le cadre de cette procédure pénale, il sera aussi primordial que les droits de la défense soient également pleinement respectés, à toutes les étapes de la procédure judiciaire. », a déclarée Pramila Patten

Par ailleurs, elle dit être déterminée à poursuivre son soutien dans le cadre de ce processus, notamment en matière d’appui au personnel judiciaire. « Nous restons déterminés, comme nous l’ont demandé les autorités guinéennes, à poursuivre et même renforcer notre soutien pour accompagner le processus notamment en matière d’appui au personnel judiciaire ; protection de victimes, témoins et acteurs judiciaires ; et aux réparations transformatives et efficaces. », a fait savoir la représentante spéciale du Secrétaire général chargée de la question des violences sexuelles commises en période de conflit

Enfin, dans son discours, Pramila Patten a noté devant les invités que la Guinée devrait sortir grandie de cet événement. « Je salue la détermination du gouvernement pour l’ouverture du procès à l’ occasion du 13eme anniversaire des évènements. La Guinée devrait sortir grandie de cet évènement et prouver au monde qu’elle a été capable à travers ses instances judiciaires nationales de juger les responsables de ces crimes dans le cadre d’une souveraineté judiciaire accomplie. », a conclu la représentante spéciale du Secrétaire général chargée de la question des violences sexuelles commises en période de conflit

Mamadou Samba Barry

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus