TRANSITION GUINÉENNE : ET SI LA CEDEAO REVOYAIT SA COPIE ? 

Créée en 1975, la CEDEAO a pour objectif de « promouvoir la coopération et l’intégration dans la perspective d’une union économique de l’Afrique de l’Ouest en vue d’élever le niveau de vie de ses peuples, de maintenir et d’accroître la stabilité économique, de renforcer les relations entre les États Membres et de contribuer au développement du continent africain ».

Près d’un demi-siècle après sa création à Abuja, capitale politique du Nigéria, la Communauté Économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest donne, plus que jamais, l’impression d’être passée à côté de la plaque et d’avoir lamentablement manqué son but.

Comme l’attestent les sanctions incompréhensibles, illégitimes, illégales et contre-productives que les dirigeants des pays de la sous-région viennent d’infliger, injustement, à la République de Guinée, membre fondateur de la CEDEAO, et fer de lance incontesté des indépendances africaines.

Le CNRD et le souverain Peuple de Guinée ne méritent pas un traitement aussi contre-nature et disproportionné de la part de la CEDEAO qui, faut-il le rappeler, a volontairement fermé les yeux, en 2020, sur le coup d’Etat constitutionnel à l’origine du troisième mandat illégal et controversé de l’ancien Président Alpha Condé.
Une violation flagrante et inacceptable de la Loi Fondamentale qui a obligé, le 05 septembre 2021, le Colonel Mamadi Doumbouya et ses frères du CNRD à prendre leurs responsabilités historiques, afin de libérer les Guinéens d’un régime autocratique et refonder radicalement l’Etat pour qu’on ne parle plus jamais de transition dans notre pays, après celle qui est en cours.

Au lieu d’examiner avec lucidité, responsabilité, sans passion, le contexte et la particularité de la situation qui prévaut en Guinée, pour bien accompagner le CNRD à aller, comme il le faut, au bout de sa mission historique, la CEDEAO s’illustre négativement en jouant le rôle du méchant voisin.

Il faut dire haut et fort qu’il est grand temps que les dirigeants de la CEDEAO arrêtent de se regarder avec complaisance dans le miroir. Ils ne sont plus dans leur rôle. Eux qui avaient validé, en 2020, le coup d’Etat contre la constitution sont encore tentés et ne se gênent pas d’enfoncer la Guinée. Quel raté dans le fonctionnement de la CEDEAO, qui est pourtant censée d’aider tous ses pays membres à tirer leur épingle du jeu en cas de crise.

À ce titre, la CEDEAO se doit de revoir sa copie quant aux fameuses sanctions arbitrairement infligées à la Guinée. On ne peut pas être plus royaliste que le roi. Autrement, le CNRD et son Président sont acceptés par l’écrasante majorité des Guinéens. Sans compter que les actions entreprises, dans le cadre de la refondation de l’État et la moralisation de la chose publique, par le Colonel Mamadi Doumbouya, sont unanimement bien accueillies par la population guinéenne. Que voulez-vous de plus? Céder aux sirènes de politiciens n’ayant plus rien à démontrer à leurs compatriotes ? Soyons sérieux, un peu de respect et de compassion pour le Peuple martyr de Guinée.

Malgré la réaction négative de la CEDEAO, la Guinée, sous la houlette et le leadership du Président de la République, Chef de l’Etat, Commandant en Chef des Forces armées, Don excellence le Colonel Mamadi Doumbouya, avance doucement et sûrement vers une Démocratie véritable, vers un Etat de Droit où la justice, indépendante, jouera pleinement son rôle de contre-pouvoir.

Avec l’enfant prodige de Kankan Nabaya, la Guinée et les Guinéens vont gagner. N’en déplaise aux pourfendeurs, éternels ennemis du changement positif en cours dans notre pays.

Mandian SIDIBÉ, Journaliste

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus