Massacre du 28 sept : ‘’ Cette manifestation avait suivi toutes les procédures légales ‘’ Bah Oury

Le 28 septembre 2022 a été choisi comme date du démarrage du procès des massacres du 28 septembre 2009, treize ans après les faits. Pour de nombreux acteurs politiques, les organisateurs de cette manifestation seraient aussi responsables dans cette affaire.

Sur Fim Fm ce mercredi 21 septembre 2022, Bah Oury, le leader de l’UDRG, président de la commission d’organisation de cette manifestation pour le compte des Forces Vives Nationales à l’époque a réagi à cette actualité qui défraie la chronique en Guinée.

Pour Bah Oury, c’est incompréhensible de considérer les organisateurs comme responsable. « Le fait de considérer les organisateurs comme responsable, c’est-à-dire coupable, je pense que non. Ce que les gens doivent se remémorer, est que la mise en place du dynamique concernant le 28 septembre 2009, il y a une enquête internationale des nations unies qui ont qualifiés les massacres comme des crimes contre l’humanité et en tant que tel cette affaire doit être jugé soit par l’Etat guinéen ou la cour pénale internationale. Il y a des promesses qui n’ont jamais été réalisées et qui n’ont jamais été engagées de manière sérieuse », a déclaré Bah Oury

À lire aussi: Procès du 28 sept : ‘’ Ce procès est un acharnement contre le Capitaine Dadis’’ Me Pepe

À en croire le président de la commission d’organisation d’alors, cette manifestation répondait à toutes règles de procédures en la matière reconnues par les juridictions guinéennes. « Je rappelle que c’est une manifestation qui avait suivi toutes les procédures légales reconnues par les juridictions guinéennes. Il y a eu une annonce et il y a eu une information qui a été envoyée au maire de Dixinn, et il y a eu l’acceptation par le maire de Dixinn de la manifestation. Donc ceux qui ont armé des individus, qui ont poussé à ce qu’il y est un massacre pour une manifestation qui devait être totalement pacifique de bout en bout, et en aucun moment aucun des manifestants n’étaient armés et c’est des forces externes aux manifestants qui sont venus agresser les gens et qui ont fait des choses abominables qui ont révolté la conscience humaine à travers le pays », a fait savoir le leader de l’UDRG

À lire aussi: Ouverture du procès des massacres du 28 septembre : Les premiers mots de l’association des victimes après l’annonce de la date

Par ailleurs, il a salué la volonté des nouvelles autorités guinéennes de faire la lumière dans ce dossier treize ans après les faits. « Le CNRD actuellement a pris le taureau par les cornes et entant vaille que vaille d’ouvrir le procès des massacres à partir du 28 septembre. Donc c’est un courage qu’il faut leur accorder et cela veut dire que la justice guinéenne sera suivie par la justice internationale. Et toutes les organisations qui s’intéressent au respect des droits de l’Homme », a-t-il indiqué sur Fim Fm

Mamadou Samba Barry

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus