Cadre de concertation politique : les vérités de Siaka Barry au premier ministre

Ce lundi, 27 juin 2022, le président du MPDG, représentant de la Coalition nationale pour la refondation politique (CONAREP) a pris part à l’ouverture du cadre de dialogue entre le Gouvernement guinéen et les coalitions politiques.

Un cadre piloté par le Premier ministre, Mohamed Béavogui. Dans son discours, Siaka Barry a attiré l’attention du Premier ministre sur les problèmes qui minent aujourd’hui l’environnement politique guinéen.  « Pour bâtir la paix, il faut la bienfaisance. Pour bâtir la paix, il faut de la confiance. Pour bâtir la paix, il faut la justice. Posons-nous la question de façon très sincère. Nous qui sommes dans cette salle, nous acteurs politiques, existe-t-il aujourd’hui la bienfaisance entre nous dans ce pays ? Je répondrai non. La solidarité a disparu. Existe-t-il la confiance entre nous dans cette salle ? Je dirai non. Ne faisons pas la politique de l’autruche. Il n’y a pas de confiance. Entre les acteurs politiques, nous nous regardons en chien de faïence. Entre nous et le CNRD, nous nous regardons en chien de faïence. Entre le Gouvernement et nous, nous sommes à couteau tiré. Il n’y a plus de confiance » a déclaré le président du parti MPDG

Poursuivant, il a énuméré quelques points  qui pour lui peuvent aider à maintenir la paix et la cohésion sociale pendant cette transition. «  Existe-t-il la justice ? Nous avons une justice aujourd’hui chancelante. Nous avons une justice qui avait commencé par nous rassurer par la création de la célèbre CRIEF. Oui, pour les acteurs politiques ou administratifs qui ont eu un jour à gérer les deniers publics doivent se soumettre à la reddition des comptes. Mais le schéma aujourd’hui qui sous-tend la démarche de la CRIEF commence à devenir de plus en plus inquiétante. Comment allons-nous bâtir une Guinée de paix si les principaux acteurs politiques aujourd’hui sont inquiétés sur une base politique ? Ce n’est pas possible. Allons dans une démarche inclusive. Jamais au cours de l’histoire de la Guinée, nous n’avons enregistré autant de méfiance et de suspicion entre les acteurs politiques, jamais. Aujourd’hui, un ancien Premier ministre croupit dans les cachots du désespoir. Aujourd’hui, un ancien président de l’Assemblée nationale croupit dans les cachots du désespoir. Aujourd’hui, on a créé une tunique à la Dalaï Lama qu’on est en train de confier à Cellou Dalein Diallo qui est en train de se promener à travers le monde. Aujourd’hui, on a réduit Sidya Touré au rôle d’un simple SDF » a t-il indiqué

En fin il a invité le premier ministre a s’impliqué pour la paix  « Monsieur le premier ministre, impliquez vous pour que la paix revienne. Quand  aux questions liées au retour à l’ordre constitutionnel, ces questions sont d’ordre technique. Il vous appartient à vous et à monsieur le ministre de l’Administration du Territoire de statuer là-dessus. Le contenu du chronogramme, le contenu du fichier, la question sur l’OGE qui n’est pas encore tranchée et quoi sais-je encore ? Ces questions d’ordre technique, aujourd’hui, ne doivent pas voiler ces premières questions d’ordre vital de notre nation parce, l’objectif de cette transition n’est pas simplement un retour à l’ordre institutionnel. L’objectif est de parvenir à des institutions viables, des institutions stables qui peuvent bâtir le développement de demain. Or dans ce pays, on parle peu de développement » a laissé entendre le président du MPDG

Mamadou Samba Barry

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus