Sanoyah-KM36 : Toute une famille décimée par un incendie….

http://Actuguinee.org / Quatre morts dont le père de famille et son épouse, c’est le bilan d’un incendie, survenu ce mercredi à Sanoya Textile, dans la préfecture de Coyah. Et en plus des dégâts humains, le sinistre a occasionné un important dégât matériel.

Les pleurs par-ci, par-là sur fond d’étonnement, l’émotion était vive sur place dans la matinée. Toute une famille durement éprouvée et plus rien ne reste des décombres. Au petit matin, le feu s’est déclaré à l’intérieur du bâtiment principal.

« C’est à 5 heures que moi j’ai su que la maison a pris feu. J’ai entendu des trucs se casser dans la maison. J’ai cru que ce sont de voleurs sui s’y sont introduit. Mon frère et moi avons ouvert la porte pour voir. Dès qu’on a ouvert on a vu le feu. Il avait pris de l’ampleur. Je me suis retourné en conseillant au vieux d’aller respirer à la fenêtre de la douche. Lui aussi était en train d’essayer de faire sortir la vieille, mais celle-ci ne pouvait plus. Je l’ai appelé, elle m’a répondu une seule fois, je n’ai plus entendu sa voix. J’ai aussi entendu la voix de ma cousine en train de crier » témoigne un adolescent qui dormait dans une annexe dans la cour.

Emmanuel Pépé Koné  a entendu des cris, à cause de l’ampleur du feu, il a tenté de sauver ses proches en vain. Le bilan est lourd.

«  Il y a eu quatre victimes. Le vieux Moundo Koundouno, son épouse, et deux filles de 7 et 12 ans », rappelle Jean Claude Tolno

Pour faire sortir des corps de la du bâtiment, ce sont des fenêtres qui ont été défoncées par les secouristes. Pour parler de l’origine du feu, Jean Claude Tolno établit un lien avec les coupures intempestives du courant électrique, suite à la pluie de la nuit dernière.

Les corps sont envoyés à l’hôpital Ignace Deen. Les autorités locales et les voisins se sont mobilisés aux côtés des proches des victimes pour compatir à leur douleur.

Mohamed Camara pour Actuguinee.org

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus