Refus du procureur de libérer Kassory et Cie : « Nous avons un procureur très spécial qui privilégie ses sentiments personnels a la loi » Avocats

http://Actuguinee.org / L’ancien Premier Kassory Fofana, Dr Mohamed Diané et Oyé Guilavogui ont comparu ce jeudi, 19 mai 2022 devant la chambre d’instruction de la Cour de Répression des Infractions Économiques et Financières (CRIEF). Après les débats contradictoires, le juge a décidé de libérer sous caution ces trois anciens dignitaires du régime d’Alpha Condé.

Dans la soirée, l’affaire a connu un rebondissement spectaculaire. Le procureur spécial de la Crief Aly Touré a opposé son véto, déclarant qu’il n’était pas d’accord avec la décision du juge.

Ce vendredi 20 mai 2022, le collectif des avocats a vigoureusement dénoncé ce qu’il qualifie d’acharnement du procureur contre leurs clients.

À en croire l’avocat International Sénégalais Me Seydou Diagne, « 20 milliards de francs guinéens en Guinée, en Afrique et même sur le plan international, c’est énorme pour un ancien Premier ministre, c’est une somme astronomique, la défense ne peut pas accepter ça. Ça c’est quelque chose que nous avions décidé indépendamment de l’appel du Procureur. Donc nous allons contester ça, selon les procédures de la législation guinéenne afin qu’elle soit réduite à une simple expression pour un montant raisonnable. Je n’aime pas trop revenir sur les comparaisons mais le montant de la caution qui a été fixée à M. Fofana est de 6,8 plus cher, plus élevé que le montant qui a été fixé pour Diakaria Koulibaly. Je n’ai pas fait le calcul exact, mais pour Diané c’est 20 fois plus ou 10 fois plus », a déclaré l’avocat

Pour  maitre Ousmane Seye, depuis l’inculpation le 06 avril dernier de leurs clients, on ne sait pas avec précision, de quoi sont-ils reprochés.

« Nous avons un procureur très spécial qui privilégie ses sentiments personnels, ses  convictions personnelles au détriment de l’application de la loi. Dans un de ses réquisitoires médiatiques, il a dit lui-même qu’il n’avait pas besoin de preuves, qu’il n’avait pas besoin d’édification, qu’il connait bien les prévenus, il a vécu avec eux, il connait leur train de vie et c’est pourquoi il les poursuit. Et d’ailleurs, les enquêteurs à qui il avait confié le dossier lui ont retourné le dossier en lui disant à l’absence d’indices, nous vous retournons votre dossier », a révélé l’avocat qui dit ne pas être surpris de l’attitude du procureur spécial de la CRIEF.

A la fin de la conférence les avocats ont réitéré une nouvelle fois leur détermination à poursuivre le combat jusqu’à la libération de leurs clients et dans la foulée ils ont prévu de contester cette décision du Procureur Spécial de la CRIEF devant la chambre de correction de ladite Cour.

Mamadou Samba Barry

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus