Menaces de sanctions de la CEDEAO : le leader du PPC déplore la réaction du porte-parole du  gouvernement

La junte guinéenne se montre ferme vis-à-vis de l’institution sous-régionale. Invité de Mirador, Ousmane Gaoual a laissé entendre fermement que Conakry ne cédera à aucune pression et de qui que ce soit. Ousmane Gaoual, dit que la junte ne se pliera à aucune imposition de la part de la CEDEAO.

Une position affichée par les autorités guinéennes qui ne laisse pas le président du Parti pour le Progrès et le Changement indifférent. Au micro de notre reporter, le leader du PPC s’insurge contre les propos du porte-parole du gouvernement face aux menaces de sanctions de la CEDEAO qui planent sur la Guinée. 

Selon lui, quand la CEDEAO demande aux autorités guinéennes de définir un chronogramme pour la transition, ce n’est pas de la mer à boire, surtout après avoir passé plus de 7 mois au pouvoir.

Aboubacar Biro Soumah Pense que « La Guinée ne doit pas minimiser les menaces de sanction de cette institution et l’on ne doit pas être désobligeant à son égard, comme l’a fait le porte-parole du gouvernement, fustige le président du parti »a-t-il dit 

Le PPC trouve les préoccupations de l’institution sous-régionale légitimes et appelle le CNRD à vite agir, pour éviter au pays des sanctions qui peuvent se révéler fâcheuses pour les populations.« Si on ferme nos frontières terrestres, aériennes et maritimes, les sanctions auront des répercussions sur la vie des guinéens. Ils vont amener l’inflation, elles vont amener la cherté de la vie » craint l’acteur politique. 

Pour éviter ces sanctions aux conséquences fâcheuses comme le prédit le PPC, son président appelle le CNRD à accepter d’élaborer un chronogramme consensuel avant le prochain sommet de la CEDEAO à Accra, au Ghana. 

Pour l’heure, Aboubacar Biro Soumah, leader du PPC pense que les autorités actuelles se sont complètement éloignées de la trajectoire en refusant jusque-là, de définir le chronogramme, de déterminer le délai de la transition et de mettre en place un cadre de dialogue exclusivement politique. Cette formation politique membre de l’ANAD risque de désavouer dans les mois à venir, le CNRD et ses institutions.

Mohamed Camara 

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus