Guinée : Vers la déprivatisation du stade Général Lansana Conté

Dans les prochains jours ou voire même le prochain mois, une décision sera prise par les nouvelles autorités guinéennes, pour la reprise du stade Général de Nongo de la main de la société Groupe Business Marketing (GBM), en charge de la gestion de l’édifice depuis 2017 pour une trentaine d’années.

C’est une question préoccupante qui reste un sujet de discussion des décideurs dans les salons feutrés de Conakry. Trois têtes bien connues dont deux du milieu sportif ont échangé autour de la question du stade Général Lansana Conté. Au centre des discussions : le non-respect du cahier des charges du bailleur GBM ainsi la crainte de délocalisation des matchs du Syli lors des éliminatoires de la CAN 2023, puisque l’homologation du stade est provisoire pour le moment.

Récemment, le stade a reçu la visite de deux missions pour l’évaluation des travaux en rapport au respect des charges relatives à la finition de l’édifice notamment le pavage de la cours et autres. Même un ministre du régime du feu Général Lansana Conté aurait été auditionné par la Cour de répression des infractions économiques et financières (CRIEF). On ne serait pas loin de demander des comptes a qui de droit.

La défaillance de l’Etat 

Le gouvernement chinois a offert ce projet sportif à la Guinée. La capacité envisagée au départ était de 30 mille places avec toutes les commodités : clôture, pavage, terrain annexe…

Mais un ministre de Lansana Conté à l’époque a plaidé a ce que le stade soit à 50 mille places et que l’Etat se charge de la finition du stade. Celle-ci a faire la clôture, les pavages, terrain annexe et autres. En vain.

Alpha Condé, qui hérite de la troisième République, n’a pu assurer la continuité. Le sport n’étant pas une priorité, l’Etat a cédé le stade au privé, visiblement, sans condition coercitive.

Par Yvon LEROUX pour https://conakrysports.com/

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus