Guinée : Arrivée à Conakry de deux avocats internationaux pour défendre des anciens ministres d’Alpha Condé inculpés pour des faits de détournements, corruption…

L’ancien Premier ministre guinéen et ses coaccusés, viennent de renforcer leur arsenal de défense à la veille de leurs comparutions demain lundi 11 avril devant les juges de la chambre d’instruction de la Cour de Répression des Infractions Économiques et Financières (CRIEF). Poursuivis pour des faits de détournement de deniers publics, enrichissement illicite, blanchiment de capitaux, corruption et complicité, un pool d’avocats internationaux vient en effet de débarquer à l’aéroport Ahmed Sékou Touré. 

Il s’agit de Me Seye Ousmane avocat au barreau de Dakar et Me Mamadou Ismaela Konaté avocat au barreau de Bamako et Paris.

À leur descente d’avion, Me Ousmane Seye dit n’avoir pas eu connaissance du fond du dossier « Nous n’avons pas connaissance du fond du dossier. On attend d’avoir le dossier pour être avisés. Ce n’est pas la première fois que je viens plaider auprès des avocats guinéens. À moins de 24h de l’ouverture de l’audience, nous aviserons parce qu’il y a les droits de la défense. Il faut qu’on ait le dossier qu’on puisse nous mettre dans de bonnes conditions afin d’assurer les droits de nos clients. L’Etat guinéen a le droit de poursuivre qui il veut conformément à ses règles, ses lois, mais il faut qu’il assure le droit à la défense des personnes poursuivies. C’est un droit constitutionnel, et même naturel », a déclaré l’avocat à sa descente d’avion. 

Me Ousmane Seye

Son confrère Me Mamadou Ismaela Konaté, avocat au barreau de Bamako et de Paris, est aussi allé dans la même lancée « La procédure judiciaire, c’est d’abord les règles. Des règles qui nous permettent de savoir exactement quels sont les rôles que nous jouons dans le cadre de cette procédure. C’est avec beaucoup de plaisir que nous venons à la rencontre de nos confrères de Guinée pour prendre en charge le dossier qui nous oppose à l’Etat de Guinée dans des conditions que vous connaissez. N’ayant pas parfaitement connaissance de ce dossier, on ne peut épiloguer davantage. C’est de faire en sorte qu’on puisse d’abord rencontrer nos confrères, ensuite prendre connaissance du dossier et enfin rencontrer nos clients et éventuellement mettre une défense. » S’est-il exprimé

Me Mamadou Ismaela Konaté, avocat au barreau de Bamako et à Paris,

À la question de savoir  ce qu’ils en pensent de l’ interdiction de visite pour leurs clients, Me Mamadou Ismaela Konaté répond. « Laissez-nous voir nos clients, s’il y a le moindre obstacle, on prendra à témoin l’opinion. Pour le moment, la décision d’interdiction de visite à nos clients qu’aurait prise le procureur de la CRIEF est une rumeur. L’avocat ne commente pas la rumeur », explique maître Konaté.

À rappeler que dans ce dossier, la procédure précédemment orientée en flagrant délit pour l’audience du lundi, 11 Avril 2022 devant la Chambre de jugement, a été réorientée devant les juges de la chambre d’instruction de la Cour de Répression des Infractions Économiques et Financières (CRIEF). 

Mamadou Samba Barry

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus