Les assises nationales : le blason à redorer risque de perde  de sa superbe.(édito djoma de Mognouma)  

C’est parti cette semaine pour les assises nationales. Le Président de la République qui y tenait absolument et qui les a annoncées  en toute pompe dans son discours de fin  d’année devrait se dire dans un monologue, avec l’air  un tantinet satisfait, qu’enfin,   nous y sommes arrivés. Peu importe.

Le ministre de l’administration du territoire et de la décentralisation, aussi pour sa part,   qui a  réussi  l’organisation de la cérémonie de lancement, devrait lui-aussi  avoir le sentiment d’une mission accomplie. Egalement, peu importe.  

De toute évidence, ce fut très laborieux, avec un travail qui laisse un gout d’inachevé. 

Ce qui   est pour l’heure   connu  et qui rassure, c’est qu’il n’y aura pas un  scénario à la Malienne. 

Les assises n’accoucheront pas d’un chronogramme de la transition, car elles seront apolitiques,   a ainsi promis le chef de l’Etat  dans son discours d’ouverture.

Cependant, ses consultations annoncées pourront faire gagner en temps les autorités de la transition.

Ce sera alors un scénario inspiré de leur volonté réelle ou supposée,  qui consiste à rester le plus longtemps au pouvoir.

Ce qu’on sait aussi, c’est  que  pendant un peu plus d’un mois, les Guinéens devraient se regarder dans les yeux pour se parler , se  dire toutes les vérités.  Cela se fera comment, dans quel cadre  et dans quelle condition. On n’en sait pas pour le moment  grand-chose.

Pourtant, la réponse à ses questions sera déterminante pour l’avenir de cet idéal, qui a eu le  mérite de diviser au sein d’une coalition opportuniste des 62 partis politiques. Ces partis s’étaient pourtant engagés à  décliner  leur  participation, car  n’ayant aucune  lisibilité sur l’évènement annoncé.  

Comme disait l’autre, quand les TDR sont prédéfinis et largement partagés par les acteurs concernés,  le déploiement de l’action  est possible, devient donc fluide.

Ses assises ne suffiront pas  à cet effet pour redorer le blason et renvoyer l’image d’un pays  qui a fait sa mue pour se débarrasser  de la violence d’Etat,  quand,   au même moment, on perpétue les anciennes mauvaises  pratiques. L’arrestation et la séquestration du dernier ministre des affaires étrangères  du régime d’Alpha Condé par le haut commandement de la gendarmerie nationale en est une preuve éloquente parmi tant d’autres du genre s’apparentant à un déni de justice. Les raisons de l’arrestation de Lilou  sont autant plus farfelues que le communiqué de l’institution.

Tout cela est révélateur  du visage d’un État encore nostalgique, hélas, de la bravade des libertés fondamentales et des droits des citoyens  dont les Guinéens ont toujours été victimes et à cause  desquelles les assises ont été organisées afin de pouvoir cicatriser les plaies.

A l’allure où vont les choses, ces assises aussi, pourtant nécessaires au pays , risquent d’avoir la boule perdue.

Mognouma 

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus