Arrestation de Dr Ibrahima Kalil Kaba : ‘’ j’ignore où se trouve mon client’’ ( Me Lancine Sylla avocat)

Depuis son arrestation le lundi dernier, l’ancien ministre des affaires étrangères Dr Ibrahima Kalil Kaba n’a jusque-là pas pu rentrer en contact avec son avocat. Ce matin dans l’émission Mirador Me Lancine Sylla avocat de Dr Ibrahima Kalil Kaba dit ignorer a date la destination de son client « je ne sais pas actuellement où se trouve mon client. Et hier comme j’avais eu à le dire déjà dans les médias lorsque je suis allé le rencontrer, on ne m’a pas permis et aussitôt, j’ai informé le bâtonnier avant de communiquer dans les médias. Et hier comme j’avais eu à le dire déjà dans les médias lorsque je suis allé le rencontrer, on ne m’a pas permis et aussitôt, j’ai informé le bâtonnier avant de communiquer dans les médias.
Pour le respect de la dignité et des droits de son client, plusieurs démarches ont été entrepris par l’avocat auprès des procureurs « Comme actions entrepris j’ai adressé deux courriers, le premier à Mr le procureur général près de la cour d’appel de Conakry en sa qualité du procureur général chargé de la surveillance des actions des agents de la police judiciaire de son ressort et un second courrier que j’ai adressé à Mr le procureur près du tribunal de première instance de Dixinn juridiction du ressort du lieu de résidence de mon client la quelle juridiction territorialement compétente dans tous ces deux courriers j’ai demandé leur intervention parce que c’est sous leur ressort que les enquêtes sont menées » informe l’avocat
À en croire Me Lancine Sylla, depuis l’arrestation de son client de toutes les procédures en la matière ont été violées « Moi, je n’appelle pas cela une enquête parce que le code de procédure pénale et le code pénal organise comment par rapport aux faits qualifiés d’atteinte à la vie privée comment ces enquêtes doivent être menées. Imaginez vous que la charte de la transition qui est aujourd’hui la constitution de cette période transitoire prévoit en son article 12 qu’il est reconnu à la personne poursuivi, dès l’interpellation le droit à l’assistance d’un avocat. La procédure, elle est complètement violée parce que lorsque vous prenez l’article 359 du code pénal qui sert de base de poursuite à en croire au communiqué dont nous avons eu vent hier, il se trouve que l’article 359 prévoit en cas de publication que les poursuites en la matière doivent être soumises aux dispositions sur la loi de la liberté de la presse en république de Guinée » a déclaré l’homme à la robe noir.


Mamadou Samba Barry

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus