Arrestation de Lilou Kaba : quand les pratiques de l’ancien temps, se perpétuent malgré tout en Guinée !

L’information relative à l’arrestation de l’ancien ministre des affaires étrangères, Ibrahima Kalil Kaba, a eu un effet surprise dans l’opinion.

De bouche à oreille, telle une trainée de poudre, la nouvelle était déjà au cœur des débats sur fond d’étonnement et d’indignation.

La question qui revient sur toutes les lèvres, c’est celle de savoir quel peut être le péché majeur qui a pu valoir à Lilou, une telle mésaventure au haut commandement de la gendarmerie nationale, devenu le haut lieu d’interpellations et d’incarcérations des anciens dignitaires du régime déchu.

Pour répondre à cette question, votre quotidien en ligne a interrogé des sources proches du dossier.

Selon ces sources, il s’agirait d’une affaire liée à la fuite d’un enregistrement audio de l’ancien Président de la République, Alpha Condé, en théorie en séjour médical aux Emirats Arabe Unis.

Aussi, il serait reproché à Kalil Kaba, ainsi qu’au médecin personnel d’Alpha Condé, Colonel M’Bemba Kaba, l’enregistrement et la diffusion de cet audio, ce, contre la volonté de leur ancien patron.

Le hic relevé à ce niveau par des juristes, est que c’est la gendarmerie qui soit parvenue à cette conclusion avant d’avoir reçu une plainte de la part de celui à qui l’acte porte des préjudices.

Selon les mêmes sources, le médecin de l’ancien opposant historique, aurait soutenu que son patron était consentant pour être enregistré, et que c’est lui en personne qui a envoyé l’élément sonore à Lilou et à Kassory Fofana, à travers un proche de ce dernier.

La question est de savoir, qui des trois a favorisé la fuite de l’audio, bien qu’il reste à prouver que l’acte reproché à ces personnes interpellées, est constitutif d’un délit.

Par ailleurs, les méthodes d’interpellations et d’incarcérations, inspirées des mauvaises pratiques du passé, se perpétuent. L’ancien Directeur de cabinet à la présidence, en fait les frais.

Appelé au téléphone à 22h, ce lundi 21 mars, au haut commandement de la gendarmerie, par le patron de ces lieux, le colonel Balla Samoura, Ibrahima Kalil Kaba y est toujours retenu.

On apprend aussi, que dans le but d’extorquer des aveux à l’ancien collaborateur d’Alpha Condé, celui-ci, jusqu’ici, n’a ni mangé ni eu droit à l’assistance de son avocat.

Si tout cela était avéré, ce serait des abus qui risquent de dévoyer la transition.

Nous y reviendrons!

Sadibou in Mosaiqueguinee

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus