Kankan : Des faux gendarmes arrêtés entre Lèffarani et Sorokoni

Ces deux hommes en uniforme ont été arrêtés par la brigade de recherche de Kankan, dans la journée du mardi 16 février 2022 aux environs de 14 heures, entre Lefaranani et Soronkoni situé à quelques 50 kilomètres de la commune urbaine.

Selon nos informations, ces deux gendarmes présentés à la presse locale ce mercredi 16 mars 2022, seraient accusés de vol de 14 motos, d’une forte somme d’argent et des faits de corruption aggravée.

En ce qui concerne l’adjudant-chef Ibrahima Sory Camara, en service au groupement de la gendarmerie routière de Kankan, il a découvert un produit pharmaceutique du nom de tramadol sur un passager d’origine Burkinabé lors d’un contrôle.

Du coup, il a ainsi décidé de procéder à la fouille approfondie de tout le véhicule, au cours de cette fouille, il a accepté d’être corrompue par le détenteur de ce produit et le conducteur en prenant respectivement sur eux 40.000 CFA et 200.000.GNF, avant de soutirer 200.000 CFA dans le sac d’un des passagers, qui a aussitôt alerté la gendarmerie.

C’est ainsi, qu’il a été immédiatement interpellé par la brigade de recherche de Kankan pour investigation.

Et à l’issue des enquêtes menées, il ressort qu’il existe des indices graves et concordants pouvant entraîner des poursuites judiciaires pour corruption et vol d’argent.

Pour le deuxième accusé, l’adjudant-chef Souleymane Keita en service à la compagnie de la gendarmerie routière de Siguiri, il est cité dans une affaire de vol de 14 motos dans un magasins à Siguiri, dans la nuit du 25 au 26 février dernier.

Après leur arrestation, de deux voleurs. Ceux-ci ont reconnus les faits et ont dénoncé la complicité de l’adjudant chef Souleymane Keita à cette opération de vol.

C’est à la suite de cela, qu’il a été mis à la disposition de la brigade de recherche de Siguiri, afin de mener des enquêtes.

A l’issue de ces investigations aussi, il ressort, qu’il existe plusieurs raisons plausibles d’inculper l’adjudant-chef Keita dans cette affaire de vol, de recel et de complicité.

Le porte-parole de la gendarmerie nationale a donc indiqué, qu’ils seront tous déférés devant le procureur général du tribunal militaire de Kankan.

Les cinq civils interpellés dans cette affaire, croupissent encore dans la prison de Siguiri.

Avec Mosaiqueguinee

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus