Spoliation des terres à Kankan : les risques d’une escalade de violences entre les nouveaux occupants sont perceptibles ( Enquête )

Actuguinee.org / Moridou est un village qui n’existe plus que de nom car depuis belle lurette, tous ses habitants ou presque y ont déserté laissant derrière eux leurs maisons et champs agricoles face au rythme accéléré de l’urbanisation que connait la ville de Kankan.

Ce faubourg situé à près d’une dizaine de kilomètres du centre-ville est désormais érigé en secteur relevant essentiellement du quartier Missira sur la route nationale Kankan-Kouroussa.

Depuis des années, suite à un découpage topographique visiblement soutenu par tous, plus rien ne va entre un grand nombre de familles, toutes ex résidentes et une famille Kaba autochtone qui réclame la propriété exclusive du village né il ya plus d’un siècle. Les premiers se jettent en bloc les résultats dudit lotissement qu’ils affirment avoir soutenu financièrement et reprochent à sieur Lonceny Kaba représentant ladite famille ,de se servir de son rang intellectuel pour faire inscrire tous les domaines du village au nom de siens et au détriment du reste de la communauté, traitant ses ex-concitoyens de descendants d’esclaves de son grand-père Mory Kaba.

Cette communauté villageoise dénonce également la complicité du service de l’habitat de Kankan qui s’est taillé 130 autres parcelles au titre de part de l’Etat.

Des parts de l’Etat distribuées et occupées, à ce jour, par des particuliers, constate-t-on sur le terrain ainsi que dans un document officiel.

D’autres documents judiciaires dont le site Actuguinee.org a reçu copies, laissent croire que seule la famille Kaba est héritière exclusive du village de Moridou, du moins des 438 parcelles loties en 2014 par la direction préfectorale de l’habitat.

Sur place, plusieurs bâtiments sont en chantier et les risques d’une escalade de violences entre les nouveaux occupants sont perceptibles.

A suivre…

Mamadi CISSE pour Actuguinee.org

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus