Kankan : Menacée, l’équipe communale de Djélibakoro toujours sans bureau, lance un cris de coeur au CNRD

http://Actuguinee.org / L’organe de gestion transitoire de la commune rurale de Djélibakoro située à 85 kilomètres de la ville de Kankan souffre d’un disfonctionnement sans précédent .

Aujourd’hui Ibrahima Kalil Keïta le président de ladite délégation spéciale et son équipe n’ont plus où travailler car depuis leur installation, portes et fenêtres de la mairie sont cadenasées de force par des jeunes surexcités.Ibrahima Kalil Keïta denonce une main noire d’un certain Elhadji Sôba Kaba, un proche du patriarche de Kankan qui se réclamerait être le père spirituel du Président de la transition le colonel Mamadi Doumbouya.Selon ses propres termes, certains détracteurs reprochent au Président de la délégation spéciale d’avoir détourné une somme colossale destinée à Djélibakoro, à une époque où il était élu maire de la commune rurale de Bâtè-Nafadji dont relevait Djélibakoro récemment détachée puis errigée à son tour en commune rurale dirigée par une délégation spéciale ce, en attendant les prochaines élections communales.

《 Depuis mon installation, je n’ai jamais eu de paix par le fait que mes adversaires avec à leur tête Elhadji Sôba Kaba ont intoxiqué certains de mes concitoyens, m’accusant d’avoir détourné trois milliards de francs guinéenns du fonds ANAFIC destinés selon eux, à la construction d’un centre de santé à Djélibakoro.

Ils disent que j’ai bâti un immeuble à mon compte personnel avec cette somme. Ayant constaté l’ampleur qu’avaient pris ces propos mensongers et malveillants, mes collaborateurs et moi avons sensibilisé la population sur les procedures de décaissement et d’utilisation du fonds ANAFIC. Nous sommes parvenus à convaincre beaucoup de citoyens mais entre temps, ils ont changé de plan : un matin, pendant que j’étais au bureau, ils ont fait résonner le tambour en signe d’appel à une mobilisation des jeunes chargés d’aller agresser mon équipe et moi et de fermer la mairie 》, a déclaré Ibrahima Kalil Keïta avant de poursuivre:《 Epuis un jour, il m’a été rapporté qu’Elhadji Sôba est allé dire au préfet de Kankan qu’il n’est pas d’accord à ma nomination en qualité de président de la délégation spéciale oubliant qu’il n’est même pas ressortissant de Djélibakoro, arguant que j’ai insulté les sages de Kankan.

Pour m’assurer de ce qu’il s’est réellement passé , je suis aller demander à Elhadji Sôba. Il me dit  » c’est moi qui ai dit aux jeunes de te chasser de ton bureau et de fermer la mairie ».

Ensuite il affirme avoir dit aux sages du villqge que si je ne quittais pas à mon poste, qu’il se retirerait du processus de médiation dans le conflit domanial qui perdure entre les habitants de Djélibakoro et ceux de Damissakoro. Il rajoute que c’est son fils spirituel qui vient de prendre le pouvoir en la personne de colonel Mamadi Doumbouya et qu’il a déjà prévenu le prefet et le gouverneur.

Depuis lors mes conseillers et moi sommes toujours sans burequ pendant que les autres maires et présidents de délégation spéciale du pays continuent à travailler. Je me suis entretenu avec le prefet au sujet de la situation mais sans suite favorable. Et pour éviter tout problème de nature à fragiliser la quietude au sein de la collectivité, j’ai préféré m’abstenir jusque-là tel que recommandé par le colonel Mamadi Doumbouya qui continue à poser de véritables jalons de cohesion entre les Guinéens et de refondation de l’Etat guinéen. Cela nous va droit au cœur. Raison pour laquelle je demande au Président de la transition le colonel Mamadi Doumbouya de bien vouloir nous aider à rouvrir les locaux de la mairie de Djélibakoro, a plaidé le président de la délégation spéciale de Djélibakoro joint par la rédaction d’Actuguinee.org.

Nous y reviendrons !

Mamadi CISSE pour Actuguinee.org

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus