Sort du Président Alpha Condé : Lansana Kouyaté du PEDEN souhaite que justice soit faite

http://Actuguinee.org / Dans son intervention ce mardi 14 décembre 2021 dans l’émission « Mirador de FIM FM « , Lansana Kouyaté, ancien Premier ministre sous Conté et président actuel du PEDN, depuis la Côte d’Ivoire, dira d’abord que  le transfert de l’ancien président Alpha  Condé déchu le 5 septembre dernier à la résidence de son épouse, est un transfèrement d’un domicile public à un autre lieu public. « Je crois pour le transfèrement, ce fut d’une place publique, c’est-à-dire le palais de la présidence actuelle Mohamed IV, à une autre place publique parce que, la maison qu’occupait l’épouse du président Alpha Condé, était aussi un endroit public », a-t-il  indiqué.

Parlant du sort de l’ancien président déchu, le président du PEDN dira qu’il n’a rien contre lui, mais il souhaite que justice soit faite. « La justice doit se dire, la justice est le deuxième mot de notre devise Travail, Justice, Solidarité. Le mot justice est absolument important. Il faut accorder une place importante aux questions de la justice. Je trouve que le sort du président Alpha qui a été déchu doit dépendre vraiment de l’examen au sérieux. On ne peut pas passer d’un système à un autre, je n’ai rien contre Alpha en tant qu’homme  mais il s’agit de système. Les Guinéens veulent bâtir un système où tout le monde se sentirait concerné, la lutte contre la corruption procède de ça, la lutte contre la gabegie procède de ça et la lutte pour les droits humains procède de ça. Parce qu’il s’agit d’éduquer au-delà même des gouvernants mais l’essentiel dépend d’abord de ceux qui gouvernent. Il s’agit d’éduquer le peuple de Guinée à s’adapter aux temps nouveaux où la justice dit le droit », a-t-il lâché.

Concernant la manifestation des militants de l’ex parti au pouvoir  (RPG ) pour la libération de l’ex président Alpha Condé, Lansana Kouyaté dira tout simplement que c’est de leur droit, tout en ajoutant ceci : « Ils l’ont demandé dans quelles conditions, je n’étais pas à Conakry à l’époque, je ne suis pas là-bas encore pour en juger. Tout dépend de la méthode.  Si la méthode menace la structure de l’Etat, l’Etat doit se défendre.  Mais si ça ne menace pas et pas de violence. Je crois que notre bataille d’hier équivaut à celle d’aujourd’hui  et à celle de demain.  Il faut laisser la démocratie respirer. Mais les Guinéens doivent comprendre qu’il n’y a pas de développement sans discipline. Tout pays qui se donne entièrement à la démocratie sans voir que l’autre pendant de cela c’est d’entraîner le développement du pays et qu’on fasse cela dans un tohu-bohu dans des manifestations, à toute épreuve, c’est pas acceptable.  Autant le manque de démocratie étouffe, autant le manque de discipline pour le travail aussi étouffe. Les Guinéens doivent le savoir. C’est de leur travail, c’est du fruit de leurs efforts que viendra le renouveau de la Guinée », a-t-il déclaré.

Christine Finda Kamano pour Mediaguinee

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus