Grève des éboueurs : les ordures reviennent dans les rues de Conakry

La grève des éboueurs n’est pas sans conséquences. En moins de trois jours, les poubelles longeant les différents axes routiers sont pleines et débordent.

Certains citoyens en ont marre de la situation en raison de son impact sur leurs activités. C’est le cas de ce vendeur de viande, rencontré au marché Sonfonia, dans la commune de Ratoma. « Je suis vendeur de viande, mais il y a les poubelles à côté. Ce n’est pas facile à gérer parce que même ce matin, beaucoup de clients m’ont interpellé. Ils m’ont dit que s’ils n’étaient pas habitués à moi, ils allaient partir acheter ailleurs », nous a confié Thierno Ibrahima BAH.

Un sentiment que partage Souleymane BALDÉ, conducteur de Taxi-Moto, rencontré aux rails entre la Cité Enco 5 et Cosa, sur la route le prince. « Les ordures-là nous fatiguent ici. Desfois si les clients, quand ils viennent, ils vont avancer loin devant pour te dire vient me prendre ici parce que là où on est sent mauvais. Desfois ça peut créer des embouteillages parce qu’ici c’est un rond-point », a-t-il indiqué avant d’inviter la société Albayrak à faire face aux réclamations des éboueurs. « On demande leur patron de les payer. Ça fait deux jours comme ça, ils ne viennent pas vider les poubelles ».

Joseph KADOUNO

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus