Nouvelle donne en Guinée : des ennuis en perspective pour Vincent Bolloré

http://Actuguinee.org / A la surprise générale, les membres de l’unité d’élite des Forces spéciales se sont emparés du pouvoir à Conakry ce dimanche 5 septembre 2021. Le président Alpha Condé arrêté, la constitution suspendue, le Gouvernement et les autres institutions dissous, le chef des mutins, le colonel Mamady Doumbouya, annonce qu’une nouvelle ère va bientôt s’ouvrir pour le pays. Et d’une certaine façon, il dit également – de manière implicite certes – que la page du président Alpha Condé est définitivement tournée. Et justement, la page du président Alpha Condé tournée, c’est à priori l’avenir du Groupe Bolloré en Guinée qui se trouve de facto menacé. D’abord, parce qu’il est établi que c’est avec le soutien du richissime homme d’affaire français que le président Alpha Condé a réussi à se hisser au sommet de l’Etat guinéen, en 2010. Et ces deux dernières années, lui et l’ancien président français, Nicolas Sarkozy, se désolidarisant de la ligne officielle des autorités françaises, ont soutenu ouvertement le souhait du président Alpha Condé de s’octroyer un troisième mandat. Avec à la clef toutes les violations des droits humains que l’on connait. Ensuite, la vulnérabilité de Vincent Bolloré tient au fait que les conditions de l’attribution du terminal à conteneurs du port de Conakry à son groupe, sont fortement contestables. D’ailleurs, lui-même a récemment reconnu les accusations de corruption.

Si l’Etat français a fait ce qu’il a pu pour dissuader le président Alpha Condé de se lancer dans son aventure pour le troisième mandat, Vincent Bolloré, lui, est demeuré l’homme d’affaire froid que l’on dit de lui. Le port autonome de Conakry rapportant à son groupe les énormes profits qu’il en tire, il a fait le choix de ne pas s’embarrasser de scrupules. Il est vrai qu’en tournant le dos à l’ami qui lui a octroyé ce juteux marché, il aurait pu aider à tuer sa poule aux œufs d’or. Et il est trop bien avisé pour ne pas commettre un tel suicide.

Mais chaque choix correspondant à des conséquences, il n’est pas exclu qu’il commence à récolter le revers de la médaille. En effet, si le Comité national pour le rassemblement et le développement (CNRD), qui vient de prendre le pouvoir, comme il le promet, veut remettre les pendules à l’heure, la Concession dont bénéficie le groupe Bolloré devrait être au nombre des actes à revoir. D’abord parce qu’avec la hausse significative des taxes de douane que l’on a enregistrée depuis que le Groupe Bolloré est en Guinée, on peut penser que celui-ci n’est pas étranger au malaise social dont se plaignent les populations guinéennes. Ensuite, au titre de son engagement en faveur de la lutte contre la corruption, la junte guinéenne devrait être amenée à dénoncer la concession de Bolloré sur le port de Conakry. Ce qui devrait être d’autant plus compréhensible qu’il est notoirement établi que l’octroi de cette concession à Vincent Bolloré n’obéissait à aucune règle en la matière.

Alphonse Leno, Retraité

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus