Retard des résultats du BAC en Guinée : certains candidats des campus extérieurs risquent gros (Conséquences explosives)

http://Actuguinee.org / Les candidats du Baccalauréat 2021 sont toujours dans l’attente des résultats.  L’inquiétude gagne du terrain chez certains qui se sont inscrits dans des institutions d’enseignement supérieur étrangère. Ils tirent la sonnette d’alarme.

Il y a quelques années déjà, les résultats de chaque examen en Guinée étaient publiés deux semaines après la fin des épreuves. Cette année, cela prend du temps puisque nous sommes pratiquement à plus d’un mois depuis que le premier examen (le Baccalauréat) est fini. Les réformes du MENA ont-elles été foulées au sol ? « Avec toutes ces réformes dont se vantent les proches de Dr Bano au ministère de l’éducation dans le cadre de ces examens , je n’aurai jamais pu penser que ces résultats prendront même 2 semaines mais ça été tout le contraire », réagit un candidat à Actuguinee.org.

Difficile donc de dire que ce retard n’aura pas d’impact négatif. Certains candidats pour le Campus France par exemple, sont d’ores et déjà dans des problèmes comme il nous l’a fait savoir en ces termes : « Le ministère oublie qu’il y’a assez d’élèves qui veulent débuter dès leur première année de la licence à l’étranger et dans la plupart des pays, leur rentrée universitaire, en général, c’est en début septembre; par exemple la France.

Donc ces genres de candidats tentés par l’étranger doivent-être munis de tous les documents qu’il faut pour faire leur demande de visa: les relevés des notes du bac et diplôme . « Des élèves qui ont bossé pendant l’année scolaire pour ne pas qu’ils soient eux-mêmes la cause de leur échec méritent encouragement par la publication desdits résultats et de toute urgence », a-t-il indiqué tout en insistant sur le fait que les dossiers de ces candidats ne seront jamais reçus dans des ambassades sans certains documents qui sont dépendants des résultats du Baccalauréat, tels les relevés de notes « 

Déjà avec ce record de retard accusé depuis 2012, tous les signaux sont défavorables pour nous candidats guinéens, car dit-il l’obtention desdits relevés de note relève d’un autre parcours de combattant.

Pour l’heure, ces candidats estiment que la seule organisation des examens nationaux ne saurait être une meilleure reforme réussie pour un chef de département à la taille d’un certain Dr Bano Barry, enseignant chercheur et expérimenté.

Joseph Kadouno pour Actuguinee.org

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus