Vente et falsifications de notes aux étudiants : Voici Ce qui s’est réellement passé à l’Université de Nzérékoré…

http://Actuguinee.org / Comme annoncé dans l’une de nos précédentes dépêches, certains responsables de l’Université de Nzérékoré ont été démis de leur fonction par le recteur, Dr Oumar KEITA de ladite institution.

Ces hauts cadres de l’administration universitaire de N’zérékoré se sont rendus coupables de vente et de falsification de notes selon une décision dont copie est parvenue à notre rédaction.

Alors qu’est-ce qui s’est réellement passé pour qu’on arrive là ?

Une personne proche du dossier a accepté de nous expliquer en large ce qui a motivé ces sanctions du recteur après juste quelques jours de la remise des diplômes.

« Quand ils ont affiché les notes de fin de cycle, il y a une étudiante nommé Kadiatou camara du département chimie qui a eu la mention ‘’passable’’. Elle s’est démerdée auprès du chef section suivi et cheminement de la scolarité. C’est en ce moment qu’ils ont décidé de falsifier les notes. Par quel miracle, l’on ne serait répondre.

En acceptant donc l’offre de falsification des notes, le chef de section et cheminement de la scolarité a associé une autre étudiante en Mathématiques nommée Marie Sylla qui est sous son tutorat.

C’est après la remise des diplômes que la nommée Kadiatou Camara du département Chimie a publié sur sa page Facebook un diplôme avec une mention ‘’bien’’, alors qu’elle devait avoir la mention ‘’passable’’. Très étonnés de constater ce revirement à 1000° ses collègues qui n’ont pas bénéficié cette surprise largesse du rectorat foncent vers les responsables et demandent des comptes à qui de droit.

C’est comme ça que le recteur s’est intéressé au dossier. Comment une fille peut avoir la mention ‘’passable’’ et qu’à la remise, elle se retrouve avec une mention ‘’bien’’ ?

Le recteur à son tour a commencé à fouiller. De fil en aiguille, il a effectivement trouvé qu’il y a falsification de notes quelques parts.

Elles ont été convoquées pour amples détails au rectorat avant d’être mises à la disposition de la gendarmerie pour la suite des enquêtes.

Pour l’heure, elles ont été libérées et une sanction tombe sur la tête d’un haut responsable de l’université, nommé Nansoko.

Charles Théa pour http://Actuguinee.org

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus