Gendarmes blessés par balles : que s’est-il réellement passé à Koumandjanbougou ?

http://Actuguinee.org / Le 14 juillet dernier, des Gendarmes ont essuyé les tirs de fusils de chasse traditionnels à Koumandjanbougou, dans la préfecture de Siguiri. Le bilan de cette attaque attribué aux Donzos est supérieur à celui dont nous parlons il y a quelques jours. Le chargé de Communication du ministère de la Défense nationale a fait des précisions sur cet incident.

C’est la première Communication officielle venant du ministère de la défense, depuis l’attaque qui a fait plusieurs gendarmes blessés à Koumandjanbougou. Si l’on parlait de 12 blessés dont deux graves, le chargé de Communication de Communication du département de la Défense parle de 13 dont trois cas graves. « Il y a eu 13 blessés dont trois cas graves qui sont en train d’être acheminés sur Conakry pour les soins. Les 10 autres reçoivent des soins à Siguiri »,a-t-il indiqué.

M. Cellou CAMARA revient également sur les circonstances de cette affaire. « (…) je ne sais pas si ce sont des Donzos ou pas. (…) C’est un problème qui date de 2017, selon les informations …, c’est un problème d’exploitation minière. Il y a eu un premier jugement – rendu par le Tribunal de Siguiri qui avait donné raison au village Koumandjanbougou. Suite à l’appel interjeté, la Cour d’appel de Kankan a donné raison à Banko. Un jugement (celui de la Cour d’appel) confirmé par la Cour suprême de Conakry. Mais depuis cette date, le problème persistait et les villageois n’ont pas obtempéré à la décision de la Cour suprême. C’est ainsi que … le procureur de Kankan a envoyé des gendarmes faire respecter la décision de justice. À peine arrivés, ils ont été accueillis par les salves de fusils de chasse », a-t-il expliqué en ajoutant que les Gendarmes n’ont pas répondu aux tirs parce qu’ils n’avaient pas d’armes.

Aladji Cellou CAMARA a conclu que les enquêtes vont s’ouvrir. Il a aussi dit que le calme règne pour le moment entre les habitants des deux villages (Banko et Koumandjanbougou) mais qu’il n’y a aucune patrouille militaire sur place.

Joseph KADOUNO

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus