Commerce : le GOHA n’a pas peur des menaces du président de la République

http://Actuguinee.org / Le président du Groupe organisé des Hommes d’affaires (GOHA) a réagi aux menaces du président de la République relatives à la surtaxation des commerçants guinéens. Dans une note que nous avons saisie chez nos confrères de Guineematin, Chérif Abdallah invite les commerçants à “résister” à ses menaces qui, selon lui, n’auront pas de poids sur eux.

“Résister”, voilà ce que demande le président du GOHA aux commerçants guinéens face au président de la République. Il l’a fait savoir à travers un déclaration. “Le président du Groupe organisé des Hommes d’Affaires (GOHA) hausse le ton et appelle à la résistance totale face à M. Alpha CONDÉ qui fait asseoir sa dictature dans le pays et qui a plongé la Guinée dans un carcan infernal de en fermant les frontières guinéennes avec le Sénégal, la Guinée-Bissau et la Siérra-Leone”, lit-on dans la déclaration d’une page.

Chérif Abdallah accuse donc Alpha CONDÉ d’être responsable de la cherté des prix sur le marché. “Mr Alpha CONDÉ, on récolte toujours ce qu’on a semé…, tout ce qui arrive, notamment la flambée des prix, est tout à fait logique puisque vous pensez faire du mal aux commerçants et opérateurs économiques”, lance-t-l avant de dire : “Les menaces bidons ne nous ébranle point car nous allons tenir bon dans ce combat”, dit-il en insistant : “Vous pensez faire souffrir les commerçants, alors Mr Alpha CONDÉ, réveillez-vous. Nous ne sommes pas des gens qu’on peut manipuler. Nous allons nous battre et résister face à votre mauvaise gouvernance. C’est pourquoi je dis à les commerçants et opérateurs économiques que les menaces d’Alpha CONDÉ n’est qu’un coup d’épée dans l’eau”.

La Guinée connaît une hausse inédite des prix sur le marché surtout ceux des denrées de première nécessité. Le prix d’un sac de riz est passé de 280 000 à 320 000 francs guinéens.

Joseph KADOUNO pour http://Actuguinee.org

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus