N’Zérékoré : Les femmes Zowos interpellent le gouverneur : ‘’C’est pour l’informer qu’il n’y a pas deux…’’

Les femmes Zowos de la préfecture de Nzérékoré sont venues à la rencontre ce lundi 24 mai 2021 du Général Mohamed Gharé, gouverneur de la région administrative de Nzérékoré. L’objectif de leur déplacement est de dénoncer la main noire des autorités dans l’affaire de patriarche qui fait grand bruit dans la cité de Nzérékoré.
Regroupées au gouvernorat de Nzérékoré au nombre d’une trentaine, ces femmes pensent que le soutien d’un camp de la part des autorités administratives serait à la base de la persistance de la crise. Elles ont été reçues par le directeur de cabinet à cause du déplacement du gouverneur.
« Nous avons rencontré le directeur de cabinet parce qu’on nous a dit que le gouverneur n’est pas là. Par rapport à cette situation de patriarche, on est venu leur dire de ne pas s’ingérer. Ils nous ont dit que même quand le gouverneur est là, qu’il n’a pas fait de choix entre les deux. Cependant, nous doutons. Puisque s’il n’y avait pas de soutien pour un camp, cette situation n’allait pas persister. Parce que le patriarche est déjà connu. C’est la famille Zogbélémou qui a procédé au choix de Lambert Gouyikoya Zogbélémou et c’est derrière lui que nous sommes. Nous sommes étonnés qu’à chaque fois, il y a des échos pour dire qu’il y a deux patriarches à Nzérékoré », a martelé dame Gbana Waly Lamah, la porte-parole des femmes Zowos de Nzérékoré.
Le gouverneur Mohamed Gharé a récemment fait une sortie médiatique après l’invitation de Lambert Gouyikouya Zogbélémou, à la cérémonie de reconstruction de l’église protestante Evangéline de Dorota incendiée lors des violences électorales du 23 mars 2020. L’autorité administrative avait d’ailleurs boudé cette cérémonie à cause de la présence dit-on de Lambert Gouyikouya comme officiel dans la cérémonie. Lors d’une récente sortie médiatique du gouverneur, il a confié que les autorites administratives ne reconnaissent aucun des deux patriarches et qu’elles ne sont pas prêtes à partager une cérémonie quelconque avec l’un des deux.
Aux dires des femmes, il n’y a pas deux patriarches à Nzérékoré. Selon elles, elles sont venues informer le gouverneur et sa suite qu’il n’y a qu’un seul patriarche dans la ville.
« Nous sommes venues leur dire qu’il n’y a pas deux patriarches à Nzérékoré. Il y a un seul patriarche. Après ici, nous partons chez le maire pour lui dire la même chose. Ce n’est pas pour connaitre son avis, mais c’est pour l’informer. Nzérékoré n’a jamais connu deux patriarches et cela n’arrivera jamais », a dit la porte-parole.
Depuis la disparition du vieux Molou Holomo Hazaly Zogbélémou, deux camps se livrent une bataille sans précédent pour sa succession. Il s’agit du camp de Lambert Gouyikouya Zogbélémou et celui de David Mansah Zogbélémou. Pour le moment, personne ne veut céder le fauteuil à son adversaire.
A suivre !
Jean Kouloubo KALIVOGUI, correspondant régional en Guinée forestière pour Actuguinee.org

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus