Nzérékoré : Le gouverneur Gharé brise le silence : ‘’Pourquoi nous avons quitté la pose de la première pierre de l’église protestante évangélique de Dorota ?’’

Le gouverneur de la région administrative de Nzérékoré a brisé le silence sur l’affaire lié à la pose de la première de l’Eglise protestante évangélique de Dorota, incendiées lors des violences électorales du double scrutin législative et référendaire de mars 2020. Alors qu’ils étaient tous invité à prendre part à la cérémonie de la pose de la première pierre de cette édifice religieuse, la délégation du gouverneur a jugé nécessaire de quitter les lieux à, quelques minutes de leur arrivés. Qu’est-ce qui a motivé ce départ précipité de l’autorité administrative de Nzérékoré ?

Au cours d’un point de presse qu’il a animé ce mardi 11 mai 2021 dans la salle de conférence de la préfecture de Nzérékoré en compagnie du préfet et du maire, Mohamed Gharé a révélé que cet acte était directement lié à l’invitation d’un des patriarches qu’ils ne reconnaissent pas. Selon lui, l’autorité administrative de Nzérékoré, ne reconnait aucun des deux patriarches autoproclamés dans la vile de Nzérékoré.

« Nous avons reçu l’invitation de l’église protestante pour prendre part à la cérémonie de la pose de ma première pierre de l’église de Dorota. Avec toute la considération que nous avons pour l’église, nous avons effectué le déplacement le maire, le préfet et moi. Mais quand nous sommes arrivés, nous avons constaté qu’il y a un programme. J’ai personnellement pris le programme, j’ai regardé, j’ai vu sur le programme, intervention du patriarche. J’ai demandé au préfet mais de quel patriarche, il s’agit ? Nzérékoré a maintenant un patriarche ? C’est ainsi que nous nous sommes rendu compte que c’est l’un des deux patriarches. Mais puisque tout le monde connait notre position face à cette guéguerre qui est en train d’être alimenté à Nzérékoré, à laquelle l’administration a décidé de ne pas participer. Nous avions donc décidé de quitter les lieux, parce que nous ne voulons pas qu’on nous rende complice d’une situation. C’est pourquoi quand on a constaté la présence de Lambert, nous sommes quittés. Même si c’est David qu’on allait trouver, on allait quitter. Parce que dès l’instant ou on va s’asseoir avec l’un, que les gens nous voient avec l’un, lors d’une cérémonie, ça veut dire nous soutenons ce camp. Nous ne soutenons aucun camp, c’est pourquoi on a quitté », a martelé le Général Mohamed Gharé, Gouverneur de la région administrative de Nzérékoré.

Depuis la mort du Vieux Molou Holomo Hazaly Zogbélémou, le patriarcat de la ville de Nzérékoré est miné par une crise sans précédente. Lambert Goikouya Zogbélémou et David Mansa Zogbélémou, se font une guerre farouche pour occuper la tête du patriarcat de Nzérékoré. Les deux ont déjà été intronisé chacun par son camp comme patriarche. Face à cette division de la famille Zogbélémou qui doit désigner le patriarche, le gouverneur de Nzérékoré, a dit qu’ils ne reconnaissent ni l’un ni l’autre.

 ‘’Après le décès du vieux Hazaly, moi je n’étais pas là. Dans la même semaine, il y a un qui s’est autoproclamé, ou qui a été désigné patriarche. Quelques jours après, il y a un autre qui a été désigné patriarche. Ça fait deux patriarches. Est-ce-que pour instaurer la paix à Nzérékoré ? Est-ce-que c’est pour l’unité de Nzérékoré ou la division ? Nous avons donné notre position face à la question. Nous avons lancé un appel à tout le monde, aux Zogléméou, à la communauté Kpèlè, à l’ensemble des communautés vivants à Nzérékoré. Ce que nous recherchons, c’est la paix. Nous avons dit aux deux patriarches, nous ne reconnaissons ni l’un, ni l’autre. Allez-y ensemble, entrez dans votre vestibule. Dites-vous des vérités. Faite l’unanimité autour d’un patriarche. Une ville ne peut connaitre qu’un patriarche. Dans une famille, il ne peut qu’avoir un seul père de famille, pas plusieurs. Nous ne voulons pas être complice d’un. On a dit aux Zogbélémou, aux Kpèlès, allez-y vous voir en famille, donnez-nous un patriarche. Vous voulez que nous nous cautionnions la division de la société traditionnelle à Nzérékoré, on refuse on ne fera pas’’, confie le gouverneur avant d’ajouter :

« Tant que Nzérékoré ne se lève pas pour désigner un patriarche, qui va faire l’unanimité de Nzérékoré, nous ne serons avec ni l’un ni l’autre. Je profite donc de l’occasion, pour lancer un appel à la famille Zogbélémou et à la communauté Kpèlè. De faire en sorte que Nzérékoré continue à observer la paix et la quiétude à Nzérékoré. De faire en sorte que le sang d’un fils ou d’un ami de Nzérékoré, ne soit plus versé sur le sol de Nzérékoré. La famille Zogbélémou a un rôle important à jouer », a conseillé Mohamed Gharé.

Jean Kouloubo KALIVOGUI, correspondant régional en Guinée forestière pour Actuguinee.org

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus