Congrès électif de la Féguifoot : Tibou Kamara révèle les dessous de la visioconférence ayant conduit au retrait de la candidature de Antonio Souaré.

Invité de « On refait le monde » du groupe Djoma médias, le conseiller personnel du chef de l’État est revenu sur l’origine de la visioconférence ayant conduit au retrait de la candidature de Mamadou Antonio Souaré, à la présidence de la fédération guinéenne de football (FGF).
Le porte-parole du gouvernement a expliqué les circonstances et les conditions de la tenue de la visioconférence qui a réuni la secrétaire générale de la FIFA, les acteurs du football guinéen et le chef de l’État.
« C’est quand la FIFA a adressé un courrier à la Féguifoot pour attirer son attention sur la violation en cours de ses textes et statuts et des conséquences possibles sur le football guinéen. (…) C’est ainsi que la question a été posée à Antonio Souaré de nous faire une lecture de cette correspondance de la FIFA » a lancé Tibou Kamara.
Selon le conseiller personnel du président de la république, Antonio Souaré a indiqué qu’il n’y avait pas de péril en la demeure puisqu’il a obtenu au niveau du Tribunal Arbitral du Sport (TAS), un jugement qui lui donnait le plein droit d’être candidat et de jouir de ses droits dans les activités du football en Guinée et au niveau international.
Et face à l’indifférence de la Féguifoot par rapport au courrier de la FIFA, l’instance dirigeante du football mondial est revenu à la charge. C’est ainsi que le chef de l’État a demandé à Antonio Souaré la possibilité de consulter la FIFA afin que tout le monde soit édifié.
« Je précise que c’est à ce stade que le président de la république a pris la caution de demander à Antonio Souaré s’il était possible de consulter la FIFA pour avoir la bonne information sur la question de manière à ce que tout le monde soit édifié. Non seulement Monsieur Antonio Souaré a dit que la FIFA pouvait être consultée. Il a vivement recommandé pour la manifestation de la vérité. Voilà dans quelles conditions et dans quelles circonstances la visioconférence a eue lieu » a expliqué Tibou Kamara.
Le porte-parole du gouvernement a par ailleurs expliqué comment Mamadou Antonio Souaré a été exclu de la course à la présidence par les statuts de la Féguifoot élaborés sous sa présidence. Mamadou Antonio Souaré a été condamné au paiement de 20 000 francs suisse en violation au code d’éthique de la FIFA.
« Les statuts de la Féguifoot élaborés par Antonio Souaré stipulent que quelqu’un qui a écopé d’une sanction au sein des commissions d’éthique de la Féguifoot, de la CAF et de la FIFA cinq (5) ans avant l’élection du président de la Féguifoot n’est pas éligible. Madame Fatma Samoura a dit que ce sont vos propres textes. Ce ne sont pas les nôtres (Ceux de la FIFA.) Personne n’a encouragé Monsieur Antonio Souaré à prendre une décision et personne n’a exercé la moindre pression sur lui. (…) c’est à partir de là que le secrétaire général du ministère des sports a pris la parole pour dire que les faits sont clairs et qu’il appartient à l’intéressé (Antonio Souaré) d’en tirer toutes les conséquences en toute liberté et en toute responsabilité » a ajouté Tibou Kamara.
D’après le conseiller personnel du chef de l’État, après tous les éclaircissements apportés par Fatma Samoura, Mamadou Antonio Souaré a rencontré par la suite la secrétaire générale de la FIFA pour toujours savoir s’il n’y a pas eu une mauvaise interprétation des textes et la possibilité de revenir à la course à la présidence de Féguifoot au terme de son jugement au TAS.
A en croire Tibou Kamara, la secrétaire générale de la FIFA a indiqué à Antonio Souaré n’avoir aucun pouvoir, aucune autorité de modifier les statuts de la Féguifoot ou de changer la sanction de la FIFA afin de le réhabiliter ou lui donner un quitus pour être candidat.

Actuguinee.org

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus