Fête internationale du travail : Mohamed KEITA, DG de l’huilerie de Dabola fait renaitre la confiance auprès des paysans

http://Actuguinee.org /Jadis, lourdement frappée par la mauvaise gestion, l’huilerie de Dabola avait tout perdu, même son symbole et porte aujourd’hui encore les séquelles du passage de cette gestion chaotique auprès des paysans

Quelques mois après sa nomination à la tête de la Copoel-Guinée Huilerie de Dabola, le directeur général, Mohamed Keita affiche comme objectif social de booster l’emploi et l’économie locale.

A ce jour l’usine compte 21 salariés fixes et  20 au compte de la sous-traitance. La Coopérative de l´Union Producteurs d’Arachide Oulada (CUPAO) et d’autres agriculteurs locaux lui fournissent, également, l’arachide, principale matière première.

La direction affiche un objectif de production de 12 400 Tonnes d’arachide coques pour la prochaine campagne. Et table sur le label production nationale  pour se faire une place sur le marché local et international. Dans l’un des discours, le président de la République, Alpha Condé a souligné l’un de ses engagements d’industrialiser le pays afin de produire localement les besoins locaux.

« La production sera augmentée au fur et à mesure que tout sera pleinement opérationnel », soutient Mohamed Keita,DG de la boite . Quoi qu’il en soit, l’usine de l’huilerie de Dabola est présentée comme un symbole du partenariat entre l’Etat et le secteur privé. « Nous avons été confrontés à plusieurs obstacles pour arriver jusqu’ici. Mais l’Etat est là pour être un soutien et un facilitateur », affirme le directeur général au nom du ministre de l’industrie avant de poursuivre qu’«Il s’agit d’un nouvel espoir pour la filière arachidière, grâce à un partenariat efficace et efficient, entre le secteur privé, l’État et, particulièrement, le ministère de l’Industrie. L’objectif est d’associer le savoir-faire de la Copoel et l’expérience de l’huilerie pour la réussite d’un projet innovant. Nous voulons améliorer la valeur et la qualité du label huilerie de Dabola pour la satisfaction des besoins locaux en priorité et probablement l’exportation, en l’occurrence vers l´Afrique et l’Europe.

Mohamed Keita DG dans un village de Kouroussa

Enfin, M. Keita , dans les faubourgs de Dabola et toutes les zones de production par excellence d’arachide (Dinguiraye ,Kouroussa,  Faranah, Koundara,  Gaoual et Boké ) pour rencontrer les paysans conclut que , la relance de l’industrie a pu se faire grâce à la confiance réciproque entre les acteurs concernés (paysans ) et les autorités du pays.

Par http://Actuguinee.org

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus