Me Basekou Shek Condé ,huissier de justice « la détermination dans le camp des auxiliaires de justice ne faiblira pas ni aujourd’hui ni demain ni après demain »

La grève des auxiliaires de justice continue de plus belle. Les tribunaux sont quasiment paralyés aussi bien à Conakry qu’à l’intérieur du pays. Mais que les citoyens comprennent qu’à la différence de la grève des syndicats ou d’autres travailleurs, les avocats, huissiers de justice et notaires ne demandent pas d’augmentation de salaire.

Ils demandent simplement le respect pur et simple de la loi relative au fonctionnement normal de la justice. Que le principe de la séparation des pouvoirs soit respecté  par tous les organes constitutionnels. Que l’exécutif reste distant du judiciaire permettant au juge de trancher librement les contentieux à lui soumis, que l’avocat défende sans obstruction et que l’huissier exécute sans interférence aucune.

Le leitmotiv de cette grève est, et demeure  la suppression de la réquisition. Cela veut dire que cette question n’est pas  négociable.

Comment comprendre que des tribunaux soient autorisés à accomplir régulièrement leur mission régalienne en rendant des décisions en amont et que l’on dise non à leurs applications en avale ? On n’est dans quel Etat ?

Un Etat de droit ou un Etat de non droit ? Il faut choisir entre le droit et le tort ou encore entre l’ordre et l’anarchie. Il faut choisir entre la justice d’Etat et la justice privée. Tout le monde est d’accord que la

 défaillance de la justice d’Etat engendre inéluctablement la propagation de la justice privée. Cette revendication des auxiliaires de justice interpelle donc tout le monde : les magistrats, le législateur, la société civile, les ONG, les politiques et même les justiciables tout court parce qu’il  n’ ya de vie paisible que dans un Etat de droit. Il est inacceptable que les justiciables obtiennent des décisions exécutoires après des mois voir plusieurs années de procès souvent très onéreux qui ne puissent pas être pas exécutées pour une question de réquisition. Un occupant illégal d’une propriété, un mauvais locataire qui ne paie pas ses loyers vont ils rester dans les locaux contre le grès du propriétaire ou du bailleur parce qu’il n ya pas de réquisition ?

Quand les autorités parlent de mauvaises décisions de justice , de corruption est-ce la faute des huissiers  de justice ? Où se trouvent les inspecteurs du ministère de la justice? que font-ils ? 

Où se trouve l’organe de sanction le conseil supérieur de la magistrature ? Que fait-il ? Que chaque organe assure correctement sa partition. Mais paralyser le fonctionnement d’un ordre ou  d’un organe au motif qu’un individu ou un groupe d’individus de cet organe a mal fait son travail n’apporte aucune solution au problème. Il faut sanctionner et restreindre l’impunité. L’objet du droit, n’est-il pas de régler les conduites humaines sous la menace d’une sanction ?

La balle est donc dans le camp de l’autorité parce que la détermination dans le camp des auxiliaires de justice ne faiblira pas  ni aujourd’hui ni demain ni après demain .

Me Basekou Shek Condé

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus