La Guinée a besoin d’une Jeunesse Saine (Par Souleymane KOITA)

Il est bien vrai que notre jeunesse est un atout pour notre processus de développement si elle se constitue en levier essentiel. C’est une couche qui a l’esprit frais et physiquement bien portant.

Mais, pour qu’elle participe à cet indispensable processus, elle doit être une jeunesse RESPONSABLE et ACTIVE.

-RESPONSABLE : Cela nécessite une prise de conscience au sein cette couche qui consiste à comprendre que nous constituons la véritable force vive sur laquelle, compte notre nation.

Chaque nation a besoin d’une jeunesse saine, loin de toute forme de dépravation : l’alcool, le tabac, la délinquance…

Elle doit comprendre qu’elle ne doit pas fuir le pays vers de nouvelles destinations considérées comme l’Eldorado sinon, elle laissera sa terre à la terre dont personne d’autre ne viendra y mettre les semences.

Elle doit s’assumer face à toutes nos situations en étant confiante en sa détermination favorisant la lutte contre la pauvreté, l’obscurité, le manque d’emploi, la famine, le maque d’infrastructures…

-ACTIVE :

La formation doit constituer la 1ère et véritable aspiration de la jeunesse, car l’on ne peut bien être acteur dans un secteur de développement si l’on n’a pas la formation requise.

L’État doit considérer ce secteur comme facteur clé pouvant permettre aux jeunes de bien compétir avec les jeunes d’autres pays du monde.

La formation et la compétence seront les armes les plus coriaces permettant d’apporter son aide au processus du développement.

De nos jours, les secteurs de l’agriculture, de l’élevage, des nouvelles technologies de l’information et de la communication…doivent connaître des jeunes entrepreneurs et cela favorisera non seulement l’accumulation des milliers d’emplois, mais aussi la création de revenus, une panoplie de produits fabriqués par nous.

Cette dynamique est aussi possible quand l’État décidera d’apporter un fond d’appui aux initiatives jeunes, car tous les jeunes entrepreneurs sont confrontés à un manque de financement pour propulser l’idée de projet à la réalisation.

Dans l’administration, la jeunesse doit être active dans le cadre de la production des services publics, car elle en possède l’énergie et la force ayant pour idéal, la promotion ou l’ascension et non des souvenirs.

Elle doit montrer qu’elle peut aussi occuper les postes de responsabilité du pays.

Au plan politique, les partis politiques ont pour plancher, la couche juvénile utilisée à toutes fins. Elle doit également y connaître sa place non biaisée. Elle ne doit pas accepter les billets de banque contre ses aspirations, elle doit montrer qu’elle peut un jour, remplacer les leaders des partis politiques afin d’être éligible aux échanges électorales et participer à tout le processus de développement.

Souleymane Koita Juriste-Écrivain

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus