Tchad : Jeune Afrique confirme la guerre entre Hinda et Mahamat Idriss Déby

Devenu homme fort du Tchad depuis le 20 avril dernier, Mahamat Idriss Déby va devoir composer avec plusieurs des pontes du régime de son père. Au premier rang de ceux-ci, la toute puissante première dame Hinda Deby Itno avec qui la cohabitation ne parait pas évidente.

Au palais rose, la guerre au sein du régime Deby est lancée depuis la mort du Maréchal Deby Itno confirmée le 20 avril dernier. Alors que le pouvoir est désormais confié à Mahamat Idriss Déby, 37 ans, un des fils du président défunt chacun au sein du régime veut sa part du gâteau.

A en croire plusieurs sources, une guerre serait déjà ouverte entre le nouveau président et Hinda Deby Itno, l’ancienne puissante première. Cette guerre entre ces deux membres de la famille Deby ne serait en réalité qu’un vieux conflit ravivé par la mort du Maréchal. « Sa relation avec la première dame, Hinda Déby Itno, est plus compliquée mais s’apaise au fil du temps », révèle Jeune Afrique. « Il écoute beaucoup et parle peu, confie un membre de sa famille. Il ne s’est jamais comporté comme un fils à papa», ajoute JA

Désormais tous les coups sont permis, tant l’influence de Hinda dans la gestion du pays sous Idriss Deby était de plus en plus influente. Elle avait d’ailleurs été nommée à un poste stratégique à la présidence par son défunt mari.

Hinda au contrôle du pétrole du pays

La gestion des revenus pétroliers du Tchad est une affaire de famille. Soixante-treize pour cent des 12 milliards de dollars de revenus accumulés depuis 2003 et 90 % des exportations sont le fait de l’entourage du président Idris Deby Itno et, surtout, de son épouse, Hinda Deby Itno. Depuis son mariage avec le chef de l’Etat en 2005, la première dame, âgée de 35 ans, est devenue une figure incontournable du secteur pétrolier. Avec son bras droit, le ministre du pétrole Djerassem Le Bemadjiel, on la voit à toutes les cérémonies qui marquent le début de la production de nouveaux champs. En décembre 2014, elle a assisté à l’inauguration du champ de Grand Baobab dans le sud du bassin de Bongor et, en février 2015, à celle du champ de Mangara dans le sud du Logone Occidental. Malgré la chute actuelle des cours du brut et la montée en puissance au Tchad du groupe anglo-suisse de négoce de matières premières Glencore, qui a organisé un prêt de 1,3 milliard de dollars pour permettre au Tchad de racheter les 25 % détenus par le groupe américain Chevron dans les champs de Doba, les collaborateurs de Hinda Deby Ito se retrouvent à chaque étape du processus de gestion des revenus de la production versés à l’État par les majors pétrolières, ExxonMobil et Petronas, et la China National Petroleum Corp (CNPC).

Pour y parvenir, elle a placé de fidèles partisans à des postes de direction au sein de la Société des Hydrocarbures du Tchad (SHT), qui gère les revenus de la très importante zone de Doba, entrée en production dans le sud-est du Tchad en 2003, ainsi qu’à la Société de Raffinage de N’Djamena (SRN). La raffinerie de cette dernière, détenue à 60 % par la CNPC et à 40 % par l’État tchadien, traite le pétrole produit par la China National Petroleum Corp International Chad (CNPCIC) à partir des réserves de Rosier et de Mimosa.

Le frère aîné de Hinda Deby Itno, le ministre de l’éducation Ahmat Khazali Acyl, a été le premier directeur général de SHT. Mahamat Kasser Younous, qui a occupé ce poste de 2011 à 2014, fait également partie du cercle restreint de la première dame. Hinda Deby est également liée par alliance à Ibrahim Hissein Bourma, le directeur marketing de la société, qui a épousé sa sœur, Mamy Mahamat Acyl. Pour compléter le tableau, le jeune directeur financier et comptable de SHT, Mahamat Guihini Guet, est un neveu du Président Deby par son épouse. Le poste a été créé spécialement pour lui en 2014.

Grâce à cette équipe unie par son intérêt commun pour le contrôle de la ressource clé qu’est le pétrole, Hinda Deby Ito a pu s’impliquer dans les contrats pétroliers les plus rentables du pays, mais aussi avoir son mot à dire dans certaines nominations dans l’industrie et être tenue informée des dernières évolutions du secteur. Les nouvelles peuvent ensuite être relayées ou non jusqu’au chef de l’État.

Au-delà du secteur pétrolier, peu de premières dames ont eu autant de pouvoir au Tchad. Hinda Deby a même sa propre section sur le site internet de la présidence. Financière de formation, formée au Maroc à l’Institut du Génie Appliqué (IGA) de Rabat, ancienne chef comptable au ministère de la Santé avant de devenir la secrétaire particulière de son mari au Palais Rose, elle est active dans d’autres domaines de décision.

Ayant placé ses neuf frères et sœurs dans l’entourage présidentiel, elle semble pouvoir nommer et révoquer qui elle veut. Un de ses proches collaborateurs, Hissein Massar Hissein, est l’actuel ministre de la Santé. Un autre, Mahamat Issa Halikimi, était auparavant ministre de la Justice. Tous sont originaires de Ouaddaï, dans l’est du Tchad, la région d’origine de son père, Mahamat Abderahim Acyl, ancien haut fonctionnaire de l’USAID et du PNUD et ancien ambassadeur à Khartoum et à Abidjan.

Hinda Deby Itno est également active dans le secteur privé où elle sert d’intermédiaire entre les entreprises et les hommes d’affaires étrangers désireux de s’implanter au Tchad, comme le Corse Michel Tomi, patron de la société de location d’avions Afrijet.

Son sens politique est cependant source de graves dissensions au sein du clan Zaghawa au pouvoir, qui a du mal à accepter l’autorité exercée par cette jeune arabe francophone d’origine mixte sur certaines décisions de l’Etat. Son engagement dans certaines activités philanthropiques vise essentiellement à améliorer son image. Elle a été marraine de la Campagne pour l’accélération de la réduction de la mortalité maternelle en Afrique (CARMMA) et présidente de l’Organisation des Premières Dames d’Afrique contre le VIH/SIDA (OAFLA) de 2013 à 2015.

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus