Ministère de la justice : « L’état de santé de Chérif Bah est médicalement stable »

A travers un communiqué rendu public hier mardi 20 avril, le ministère de la justice a indiqué que l’état de santé de Chérif Bah (UFDG) détenu à la maison centrale de Conakry est « médicalement stable » contrairement aux propos de son épouse qui soutenait que l’état du vice-président de l’UFDG s’est dégradé ces derniers jours.

Nous vous proposons l’intégralité du communiqué du ministère de la justice.

Le Ministère de la Justice, dans son rôle régalien d’administration et de gestion des établissements pénitentiaires en République de Guinée, accorde un intérêt particulier aux questions sanitaires dans les centres de détention.
Pour ce faire, il s’assure du suivi régulier de l’état de santé de tous les détenus grâce à l’existence des unités de santé à même de détecter et de soigner si possible tous les cas de maladies.
C’est le lieu de rappeler qu’à la maison centrale de Conakry, il existe un centre de dépistage et de traitement approprié des cas de COVID-19. A ce titre, plusieurs cas ont été traités et d’autres y sont en cours grâce au soutien de l’Agence Nationale de la Sécurité Sanitaire.
Les autres cas nécessitant des examens approfondis, sont référés à certains centres hospitaliers et font l’objet d’un suivi soutenu par des médecins spécialistes.
C’est dans ce cadre que Monsieur Ibrahima Cherif BAH et plusieurs autres ont été admis à l’hôpital Ignace DEEN pour suivre des traitements appropriés. A preuve, ce mardi 20 avril 2021, suite aux multiples informations alarmistes reçues par le Ministère de la Justice, l’état de santé de Monsieur Cherif BAH a été évalué par une équipe médicale composée d’éminents cardiologues.
Cette évaluation a été faite en présence du Directeur Général de l’Hôpital National Ignace DEEN et du médecin chef de la maison Centrale de Conakry. Au terme de cette évaluation, Son état a été jugé médicalement stable, comme en fait foi le rapport établi à cette fin.
C’est le lieu de rappeler que seuls les médecins sont habilités à se prononcer sur l’état de santé d’un patient et non des personnes qui ne sont pas des professionnelles de santé.
Le Ministère de la Justice réitérant son attachement aux respects des droits humains, rassure encore une fois de plus l’opinion nationale et internationale que tous les détenus sont traités dans le respect de leurs droits fondamentaux et de la dignité humaine et que les questions sanitaires des citoyens en général, à fortiori les détenus, constituent une véritable préoccupation du Gouvernement de la République de Guinée telles que rappelées au quotidien par le Président de la République, Pr. Alpha CONDE.

Fait à Conakry le 20 avril 2021
Service de Presse et de la Communication Sékou KEITA Conseiller Chargé de la Communication.

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus