Rapport des USA : « la Guinée comme toujours est classée au rang des mauvais élèves » (Mamady Kaba)

Le gouvernement des Etats-Unis d’Amérique, à travers le département d’État, a publié cette semaine, un rapport sur la situation des droits de l’homme en Guinée.

Dans le document, il est clairement mentionné que les forces de sécurité guinéennes ont commis de nombreuses bavures, ces derniers temps.

Le département d’État a également dénoncé de mauvaises conditions d’incarcération dans le pays, ainsi que l’utilisation de la loi sur la cyber-sécurité, en matière de condamnations de journalistes.

Cette dénonciation de nombreuses violations des droits humains en Guinée, constitue un mauvais signe pour le pays, selon le président de la Ligue pour les Droits et la Démocratie en Afrique (LIDDA)

«La Guinée, comme toujours, est classée au rang des mauvais élèves de la classe. Nous constatons que le rapport compile et s’approprie les préoccupations documentées et exprimées par les ONG de défense des droits humains, l’opposition et l’État guinéen à travers l’institution nationale indépendante des droits humains ( INDH), ce qui confère au rapport son caractère impartial et sa crédibilité. Nous tirons trois principaux enseignements de ce rapport :

– le premier est l’ampleur des défis que la Guinée doit relever pour évoluer vers les standards internationaux ;

– le second, c’est la persistance du népotisme, de l’impunité et de la corruption ;

– la troisième, c’est la relégation des questions des droits humains au second rang par les autorités guinéennes», a-t-il estimé.

Pour inverser la tendance, l’ancien président de l’INIDH a formulé plusieurs recommandations au président de la République, et au gouvernement guinéen :

1- Considérer ce rapport comme une contribution aux efforts du pays pour la consolidation de sa jeune démocratie et de l’État de droit, auxquels aspirent tous les peuples souverains, et ne permettre à aucun pyromane de s’en servir comme prétexte pour favoriser une hostilité ou une dégradation des relations avec les USA, car les conséquences peuvent aller au-delà de l’imagination;

2-“Gouverner autrement ” dans le domaine des droits humains, en opérant des réformes institutionnelles sérieuses et en élaborant une politique nationale des droits humains, à laquelle ce rapport peut grandement servir ;

3- Accentuer les efforts de lutte contre la corruption, le népotisme et autres travers;

4- Poursuivre, avec ardeur et dynamisme, les réformes du secteur de sécurité et de la justice, afin de rompre la chaîne de l’impunité.

‐Pour réussir à relever ces grands défis, l’unité nationale est indispensable. Pour ce faire, un dialogue national inclusif est également indispensable.

Lu sur Mosaiqueguinee

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus