Guinée/ Les parents des détenus de Kankan révèlent : «Ils nous ont dit ici à N’zérékoré que c’est Alpha Condé qui a envoyé nos maris en prison ».

Huit personnes faisant partir des 43 personnes arrêtées en marge des violences électorales qui ont secoué la ville de Nzérékoré les 22 et 23 mars derniers croupissent encore en prison en Kankan. Après la libération des 35 autres détenus le 28 septembre 2020, le procès des 8 autres n’a jamais été programmé.

Ce lundi 18 janvier 2021, les femmes de ces détenus ont pris d’assaut les locaux du tribunal de première instance de Nzérékoré pour réclamer la libération de leur mari. S’interrogeant sur les raisons de détention de leurs maris, elles lancent un message au président de la République le professeur Alpha Condé.

‘’Nous ne savons pas pourquoi nos maris sont retenus encore en prison. Nous ne savons pas ce qu’ils ont fait pour mériter tout ça. Ils nous ont dit que c’est Alpha Condé qui a envoyé nos maris en prison. Depuis là, il ya 10 mois sans solution. Ils ont libérés certains et garder les 8 autres en prison. Moi personnellement j’ai été délogée par faute de moyen. Mes enfants ne partent plus à l’école. Je demande pardon à tous les guinéens. Je demande pardon au président Alpha Condé d’avoir pitié de nous pour libérer nos maris’’, a lancé EugenieKolié, l’une des épouses des détenus de Kankan.

Selon des informations recueillies auprès du tribunal de première instance de Nzérékoré, ce sont des personnes qui ont plus de charge contre eux qui ont été retenus par les liens de la justice en attendant le procès proprement dit.

« Ils étaient au nombre d’une quarantaine de personnes. Ils ont libérés 35 parmi eux. Ceux qui sont restés en prison, sont des gens contre qui les charges sont retenues. Mais ça ne veut pas aussi dire que ceux qui ont été libérés sont libres, non ! Ils sont sous contrôle judiciaire. Et le jour du jugement, ils seront là avec les autres et ils seront jugés également. Si maintenant on ne trouve rien contre eux, le juge va les libérer. Le procureur s’est entretenu avec le procureur général pour que le procès des huit autres qui sont en prison ait lieu en cette nouvelle année, soit ici à Nzérékoré ou à Kankan », nous a confié Ousmane Sanoh substitut du procureur près le tribunal de première instance de Nzérékoré.

Les violences électorales du double scrutin législatif et référendaire avaient provoqué plusieurs dégâts à Nzérékoré. Plusieurs personnes avaient perdu la vie suite aux atrocités dans la ville.

Jean Kouloubo KALIVOGUI, correspondant régional en Guinée forestière pour Actuguinee.org.

Lire d’autres ici http://Actuguinee.org

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus