Guinée : Des acquis en 2020, mais des besoins énormes sont signalés dans la région (directeur régional de la santé de Labé )

Au cours de l’année 2020, le système de santé de la région de Labé a fait des efforts « louables » dans la prise en charge des malades en dépit de la présence du coronavirus. C’est ce qu’a souligné le directeur régional de la santé qui salue l’appui du gouvernement dans le cadre de l’amélioration de la santé des populations. Toutefois, les besoins restes énormes tant sur le plan infrastructurel que matériel et humain.

L’apparition  de la pandémie du nouveau coronavirus a affaibli la prise en charge des autres malades qui n’ont aucun lien avec le Covid-19. Mais à Labé, les personnels soignants ont multiplié les efforts pour faire face à la situation des autres cas. Et, cela a plutôt marché se félicite le Dr Mamadou Houdi Bah, directeur régional de la santé.

« Si y’a un secteur qui est en train de travailler aujourd’hui dans notre région, le secteur fait partie. Parce-que malgré cette pandémie, nous avons continué nos activités quotidiennes. Nous continué à consulter les femmes enceintes dans toutes les structures de santé,  à prendre en charge les cas de césarienne, à vacciner les enfants, à faire les grandes campagnes de distribution de vitamines, des médicaments contre les maladies tropicales négligées », a précisé le premier responsable de la santé de la région.  Des acquis que le médecin met à l’actif du gouvernement qui finance « chaque année » la rénovation et la construction des structures de santé à l’image de celle récemment inaugurée par le préfet de Koubia, dans la localité de Bassara.

Cependant, le chemin reste long car les besoins se manifestent toujours. « Nous avons besoin du renouvèlement du parc automobile, heureusement ça commence à venir. Souvenez-vous que c’est au temps d’Ebola  que nous avons reçu beaucoup de véhicule (des ambulances). Mais je prends par exemple l’ambulance de Koubia, elle commence à être fatiguée parce-que chaque fois elle est obligée de quitter Koubia pour aller à Gadhawoundou chercher un malade pendant toute l’année. Vous avez vu quel que soit le degré de résistance de ces véhicules, ils vont lâcher à un moment donné.  Nous avons besoin aussi d’une ambulance dans la préfecture de Tougué, là aussi l’ambulance commence à lâcher. Nous avons aussi besoin de grands spécialistes dans les hôpitaux préfectoraux. Nous avons besoin d’avoir un gynécologue à Koubia, un ophtalmologue à Koubia, à Tougué, à Mali parce-que partout où il y’a un hôpital, la population en a besoin », conclut Dr Houdi Bah, qui espère que ses doléances parviendront à qui de droit et que des réponses positives suivront.

DIALLO Alpha O / Chef de bureau Actuguinee.org à Labé

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus