Condamnation des journalistes Guinéens : « Il y a eu une erreur d’interprétation de la loi par une formation de jugement.(Ministre de la justice).

Deux jours après la condamnation des journalistes de la radio Nostalgie fm sur la base du code pénal, les associations de presse avaient décidé de porter plainte contre le juge du tribunal de première instance de Kaloum, ce vendredi 15 janvier.
Dans les locaux du ministère de la justice où ils étaient partis déposer la plainte, les représentants des associations de presse y sont ressortis satisfaits et rassurés. Le ministre de la justice a reconnu « Une erreur d’interprétation de la loi par une formation de jugement »
Le garde des sceaux a promis de rectifier la semaine prochaine.
« Il y a eu une erreur d’interprétation de la loi par une formation de jugement. La seule loi applicable en Guinée en matière de délit de presse, c’est la loi sur la liberté de la presse » a indiqué Mory Doumbouya, le ministre de la justice.
Mory Doumbouya indique avoir instruit le parquet du TPI de Kaloum de faire une déclaration d’appel contre la décision du juge qui a condamné les trois journalistes. Une déclaration d’appel, l’exécution de la décision est suspendue contre les trois journalistes.
« Nous étions venus très remontés et avec une plainte contre le juge auprès du conseil supérieur de la magistrature. Mais vu la responsabilité dont vous avez fait preuve, nous sortons d’ici réconfortés et que la presse n’est pas en danger. C’est une simple erreur d’une formation de jugement » a souligné Amadou Tham Camara, le président de l’AGUIPEL.
Selon Mory Doumbouya, il ne faut pas confondre les erreurs d’interprétation à une volonté de l’État guinéen de bafouer la loi sur la liberté de la presse.

Sadjo Bah pour Actuguinee.org

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus