Kankan : L’ancien Premier ministre Kabinè Komara confère sur ‘’les enjeux de l’eau et les risques liés à son partage”

0 486

En visite à Kankan, sa ville natale, Kabinè Komara, l’ancien Premier ministre guinéen et actuel consultant international était devant plusieurs centaines d’étudiants et enseignants-chercheurs de l’université Julius NYERERE ce lundi, 11 janvier pour parler des ‘’ enjeux de l’eau et les risques liés à son partage », thème de la conférence tenue à l’amphithéâtre dudit campus.

Selon le conférencier,« l’eau couvre 70 % de la surface de la terre pour un volume estimé à 1400 millions de milliard de mètres cube. Sur cet immense volume ,seul 2,8 % sont constitués d’eau douce, c’est-à-dire propre à la consommation humaine ».

Il s’est longuement attardé sur le caractère transfrontalier des cours d’eau et ses corolaires de tensions et conflits souvent signalés entre certains Etats riverainstel qu’entre l’Ethiopie qui a  construit en amontson barrage hydroélectrique sur le Nil bleu ,l’une des deux branches qui composent le Nil, le plus long fleuve du monde avec 6670 kilomètres dont dépend l’Egypte.

Sur le cas spécifique des cours d’eau guinéens, l’ancien Premier Ministre estime à 200 millions, le nombre d’habitants dont la survie est assurée par ceux-ci : « Si nous gaspillons nos ressources ,nous mettons en danger non seulement nos propres vies mais celles des 200 millions de personnes qui sont en Afrique de l’Ouest qui dépendent de nous »,a-t-il conseillé.

Au sortir de la salle, KabinèKomara a été interpellé par la presse sur la problématique du fleuve Milo qui traverse la ville de Kankan : « Le fleuve Milo est en danger. Il est essentiel que nous prenions tous conscience des menaces qui pèsent sur lui à savoir d’abord l’orpaillage, la fabrique des briques, le fait que nous jetions des ordures là-dans.Donc ça compromet non seulement la santé parce que la qualité de l’eau se dégrade, ça détruit les poissons donc, ça joue sur la sécurité alimentaire ,ça joue sur l’agriculture donc sur la sécurité alimentaire aussi, ça joue sur notre bien-être globalement », a conclu le conférencier.

De Kankan, Mamadi CISSE  correspondant régional

Laisser un commentaire